Médicament : 1,47 milliard dollars d’importation entre janvier et août 2018, soit17,1 % d’ augmentation correspondant à 215 millions dollars

Malgré le retard accusé dans la validation des programmes d’importation des produits pharmaceutiques, provoquant une pénurie de nombreux produits vitaux, la facture des médicaments a enregistré une hausse significative durant les huit premiers mois de 2018 comparativement à la même période de l’année précédente.

Les importations de médicaments se sont ainsi chiffrées, selon les indicateurs des Douanes algériennes publiés hier par l’APS, à 1,47 milliard USD au 31 août 2018, soit une augmentation de 215 millions USD par rapport à 2017 (+17,1%). Celle des antibiotiques a connu la plus importante hausse à 70,34 millions USD, soit 16,2 millions USD de plus que l’année dernière (+24,4%). Par ailleurs, la facture des produits alimentaires est restée en dessous des 6 milliards USD, baissant légèrement à 5,89 milliards USD, soit 7 millions USD de moins que les huit premiers mois de l’année précédente (- 0,12%). Or, la facture des sept principaux produits alimentaires importés, à savoir les céréales, les laits, les tourteaux et résidus de soja, le sucre, le café et le thé et les légumes secs ainsi que les viandes) a totalisé 4,75 milliards USD à elle seule, soit une légère hausse de 6 millions USD comparativement à la même année dernière. Dans le détail, les céréales ont représenté 37% de la facture des importations des produits alimentaires, soit 2,17 milliards USD (+12,1%), les produits laitiers 16% avec 967,1 millions USD, le sucre 9% avec 579,23%, les tourteaux et résidus de l’extraction de soja 8% avec 467,4 millions USD. `

Quant aux huiles destinées à l’industrie alimentaire – classées dans le groupe des biens destinés au fonctionnement de l’outil de production–, la facture a atteint 589,4 millions USD, augmentant de 9% sur la période de comparaison. Il convient enfin de noter que le gouvernement a suspendu, provisoirement au début de l’année, l’importation de 800 produits et instauré un droit additionnel provisoire de sauvegarde afin de réduire la facture des importations et équilibrer la balance des paiements. En vain.

Soir d’Algérie

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -