PAP-ENPARD-Algérie : Humanité et Inclusion et APFR en force à Skikda

Le Programme d’action pilote pour le développement rural et de l’agriculture en Algérie « PAP-ENPARD-Algérie », connait une avancée notable dans la wilaya de Skikda.

Ce programme a été lancé par l’Association pour la promotion de la femme rurale (APFR) de la wilaya de Skikda, dirigée par Souad Bouacida, sous la coupe d’Humanité et Inclusion (HI), ex-Handicap International.

L’APFR a pu bénéficier du Pap-Enpard-Algérie, après les quatre wilayas pilotes à savoir Tlemcen, Ain Témouchent, Laghouat et Sétif.

Pour se faire, une enveloppe de 40 000 euros a été consacrée à ce programme de développement rural inclusif (DRI). Deux communes de Skikda sont concernées par cette expérience, Tamalous et La Marsa, à l’Ouest et à l’Est de Skikda.

On a retenu Tamalous, en raison de sa vocation de commune agricole montagneuse. On peut valoriser dans cette contrée la culture de la fraise et l’apiculture, la tapisserie et les plats traditionnels dont le couscous fait maison.

La Marsa est une commune côtière. Elle a été choisie pour ses dispositions à pratique la pêche qui est ciblé. Les initiateurs du projet souhaitent introduire dans cette commune méditerranéenne la pèche touristique, la pescatourisme, comme nouvelle activité, le sport subaquatique et la pêche du poulpe. Pour cette dernière, il sera recours à la jarre en poterie, ce qui permet de promouvoir ce métier dans le milieu artisanal en adoptant la pêche écologique. Par ailleurs, la Marsa offre aussi l’opportunité de développer l’artisanat féminin, l’agriculture associée à la pisciculture.

Selon Souad Bouacida, « le projet s’est articulé autour de cinq principales activités, dont l’analyse des chaînes de valeurs ; la formation des cadres associatifs ; des autorités locales des communes participantes au projet et la mise en place de cellules d’animation au niveau de celles-ci. »

aL’équipe chargée du projet est composée de Yacine Benchattah, (Chef de projet), Badreddine Souissi, Rebiha Chaoui, Sofiane Ghassabi et Samia Haddad. Les quatre premiers ont pu bénéficier d’un contrat de travail dument rémunéré, qui s’étend d’octobre 2018 à novembre 2019, soit la durée du projet. Quant au cinquième élément cité, il a bénéficié de per diem.

Il faut savoir que PAP-ENPARD est destiné aux pays du Maghreb, Algérie, Tunisie et Maroc. Il est cofinancé à parts égales par l’Algérien, le ministère de l’Agriculture et coordonné au niveau de la Direction générale des Forets (DGF), et l’Union européenne (UE). Le budget qui lui est consacré est de (20) millions d’euros. La convention a été signée en 2014 et devait s’achever le 31 décembre 2018, mais le délai a été prorogé d’une (1) année. Il sera clôturé le 31 décembre 2019.

Le programme a véritablement démarré le 4 septembre 2016. Après les quatre wilayas-pilotes citées, le projet a ensuite été élargi au mouvement associatif, qui, sous le parrainage d’Humanité et Inclusion (HI),a ciblé quatre associations, à Skikda et Bouira, codemandeurs, car ayant participé au montage du projet, et Naama et Khenchela, seulement bénéficiaires.

Par Zoheir Zaid

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -