Parlement : Abdelkader Bensalah désigné chef de l’Etat pour 90 jours mais contesté par l’opposition

Le Parlement, réuni ce mardi 9 avril, a désigné Abdelkader Bensalah président d’Etat pour assurer l’intérim d’Abdelaziz Bouteflika pour une durée maximale de 90 jours.

477 députés et sénateurs ont assisté à ce congrès. 453 ont voté positivement sur la vacance du poste présidentiel.

Selon la constitution algérienne 90 jours de présidence par intérim est léguée au président du conseil de la Nations. Ce dernier devra alors organiser une élection présidentielle dans ce délai et ne pourra pas y pendre part.

Les députés indépendants et ceux du Front El Moustaqbal se sont retiré en signe de protestation contre la désignation de Bensalah, chef d’Etat par intérim.

Plusieurs partis de l’opposition avaient annoncé le boycott de la séance parlementaire en vue de déclarer la vacance définitive du poste du président de la République. Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), le Front de la justice et du développement (FJD), et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ont boycotté cette séance. Dans ce même cadre, le Parti des travailleurs (PT) et le Front des forces socialistes (FFS) avaient, quant à eux, annoncé le retrait de leurs membres du Parlement.

Les regards se tournent vers Oran pour voir et écouter ce que dira le chef d’état-major, en visite d’inspection dans la 2ème région militaire. Une prise de parole du général de corps d’Armée est attendue.

Rappelons par ailleurs que plus de 22 millions d’Algériens et Algériennes ont manifesté vendredi passé pour exiger le départ des 4 B, symboles du régime totalitaire moribond : Bensalah, Bedoui, Belaiz et Bouchareb.

- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -