Partenariat Algéro-Français : 20 millions d’euros d’investissement pour la production de médicament pour le traitement des cancers

En degrés d’importance, c’est peut-être l’investissement dans le secteur du médicament le plus intéressant jamais réalisé en Algérie, une usine de fabrication de médicaments. Mais n’importes lesquels.

Il s’agit de médicament injectable, Decapeptyl (triptoreline), indiqué pour le traitement du cancer de la prostate et d’autres maladies. «En plus du traitement du cancer de la prostate, ce même médicament d’autres indications comme le traitement de la puberté précoce et certaines maladies touchant les femmes telle l’endométriose, les fibromes utérins et l’infertilité féminine», selon les porteurs du projet, inédit en Algérie.

Cet investissement dont l’Algérie a grandement besoin est le fruit d’un partenariat Algéro-Français qui a abouti à la création d’une société mixte Ipsen Pharma-Algérie dont les actionnaires sont le groupe français Ipsen et Isly Holding, une société algérienne.
La collaboration entre des opérateurs des deux rives de la Méditerranée est qualifiée par les spécialistes de «gagnant-gagnant», permet à l’Algérie de rentrer de plain-pied dans cette industrie de pointe.

En effet, cette usine de haute technologie est la première du genre construite par le géant français du médicament hors de l’Hexagone. Elle permet à l’Algérie de rentrer de plain-pied dans cette industrie de pointe, avec seulement 20 millions d’euros. C’est presque le montant déboursé chaque année pour importer ce type de médicaments afin de traiter les malades.

«Les travaux de construction de la première usine de production de médicaments anticancéreux en Algérie seront lancés avant la fin de 2018 au niveau du pôle industriel de Sidi Abdellah. Les délais des travaux sont de trois ans, elle entrera donc en production en 2021», a annoncé jeudi dernier le P-DG de la société Ipsen Pharma-Algérie Adlane Soudani, lors d’une conférence de presse tenue conjointement par les responsables du groupe français Ipsen et leur associé financier Isly Holding, la société algérienne présidée par Lyès Boudiaf.

«L’assiette foncière pour la construction de cette future usine de fabrication de médicaments d’oncologie a été validée par les services compétents, ce qui nous permettra de poser la première pierre de cette unité de production avant la fin de l’année», a indiqué le P-DG de la société Ipsen Pharma-Algérie Adlane Soudani, lors d’une conférence de presse tenue conjointement par les responsables du groupe français Ipsen et les représentants de la société algérienne Isly Holding présidée par Lyès Boudiaf.
«Pour le moment, l’objectif primordial est l’ouverture de cette usine qui répondra aux besoins nationaux. Néanmoins, il n’est pas exclu qu’à moyen terme on passe à l’exportation», a expliqué Guillaume Freneuil, vice-président Intercontinental Operations Consumer HealthCare division du groupe français, Ipsen qui a réalisé 1,9 milliard de chiffre d’affaires de l’année 2017.

À moyen terme, en effet, ce projet sera aussi appelé à faire entrer des devises pour le pays puisque Ipsen envisage de passer à l’exportation après avoir satisfait la demande nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici