Pétrole : l’OPEP poursuivra les efforts pour rétablir l’équilibre du marché

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a affirmé jeudi la poursuite des efforts conjoints dans le cadre de la coopération Opep et Non Opep visant à rétablir l’équilibre du marché mondial du pétrole qui subit actuellement un choc historique brutal.

« Les efforts conjoints, dirigés par l’OPEP dans le cadre de la déclaration de coopération vont continuer visant à rétablir l’équilibre du marché mondial du pétrole, dans les incertitudes et la volatilité actuelles, afin de garantir un approvisionnement en pétrole efficace, économique et sûr pour les consommateurs et un juste retour sur le capital investi », affirme l’Organisation dans son rapport mensuel portant évaluation et perspectives du marché pétrolier publié sur son site web.

Concernant l’évaluation du marché pétrolier, le rapport souligne que « le creux saisonnier typique des raffineurs, à la fin du premier trimestre de chaque année, est exacerbé par une destruction sans précédent de la demande de pétrole en raison de la propagation mondiale du COVID-19 ».

En fait, la demande de pétrole au 2eme trimestre de l’année en cours a été révisée à la baisse de près de 12 mb/j en glissement annuel, avec 60% des pertes provenant des carburants de transport, principalement de l’essence et du carburéacteur, explique l’Organisation.

La même source ajoute que ‘’ les mesures de confinement mises en œuvre par divers gouvernements ont inclu des interdictions de grande envergure, des restrictions de voyage et des exigences de distanciation sociale, qui affectent actuellement plus de 40% de la population mondiale. Jusqu’à présent, ces restrictions ont entraîné une chute de la consommation de carburant, au milieu de la constitution des stocks de produits, endommageant gravement les marchés de kérosène ».

Selon l’Opep ‘’ la gravité de l’effondrement devrait entraîner une contraction plus forte de la demande de pétrole, en particulier au cours du 2éme trimestre 2020 (2T20), s’étendant au 3eme trimestre et au 4eme trimestre de l’année en cours.

« En fait, la contraction devrait atteindre 12 mb/j au 2T20, environ 6 mb/j au 3T20 et environ 3,5 mb / j au 4T20 », selon l’Opep.

Elle souligne également que les défis pour les marchés de produits devraient se poursuivre, car la chute de la demande pourrait inciter davantage de raffineurs à réduire, voire à arrêter, leurs activités en raison de facteurs économiques défavorables, du manque d’espace de stockage des produits ou de la disponibilité réduite du personnel.

« Les marges pourraient continuer de baisser, comme en témoigne l’Asie en février, si la demande ne reprend pas rapidement. De même, les entrées mondiales de raffineries ont chuté de 4,6 mb /j pour atteindre 76,6 mb /j, un creux record sur plusieurs années en février, les opérateurs chinois étant les plus touchés », lit -on dans le rapport de l’Opep .

Malgré des réductions de près de 20 à 30% dans la plupart des usines, les stocks d’essence sont en hausse sur les marchés d’exportation traditionnels des Etats-Unis, comme l’Amérique latine, qui renoncent aux accords de livraison, selon le même document.

Cela exercera une pression supplémentaire sur les marchés de l’essence avant la saison de conduite. Les raffineurs américains font déjà état de lourdes pertes de retours au premier trimestre de 2020.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’Organisation a fait savoir que les raffineurs européens sont confrontés à une offre excédentaire d’essence et de diesel en raison de la baisse des besoins d’importation de carburant en provenance d’Afrique de l’Ouest et d’Amérique latine, ainsi que de la concurrence accrue des raffineurs américains.

En Asie, l’Opep estime que les marchés devraient rester faibles pendant les mois d’été, car l’impact négatif de COVID-19 affectera la demande de pétrole. La transition de l’Inde vers les carburants « Bharat de stade VI », qui devrait soutenir les carburants à faible teneur en soufre, aura probablement un impact insignifiant sur la consommation.

Par ailleurs, l’OPEP observe que la reprise des activités économiques et industrielles en Chine en mars a incité certains raffineurs à augmenter les taux de production à la mi-mars, ce qui suggère que les cycles de raffinerie pourraient commencer à se rétablir globalement vers juin ou juillet.

« Compte tenu de cette crise mondiale, les perspectives estivales des produits devraient souffrir de coupes à court terme et d’une faible demande au cours du prochain trimestre, en supposant une reprise plus lente », observe l’Opep.

SourceAPS
- Advertisement -
Articles récents
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -