samedi, octobre 31, 2020

Pièce de rechange : nécessite de création d’un centre de contrôle de conformité

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

L’expert industriel, Abdelaziz Kezzar a mis en exergue lundi à Alger la nécessité de créer et de développer des centres techniques et de laboratoires agrées dans les différents métiers de la filière de fabrication de pièces de rechange pour assurer un contrôle efficace de conformité.

« La réussite de l’activité de fabrication de la pièce de rechange pour l’industrie automobile, est tributaire de la création et le développement de Centres techniques et de laboratoires agrées dans les différents métiers de cette activité », a précisé M.Kezzar dans une communication intitulée « Production et commercialisation des composants et pièces de rechange pour les véhicules. Quelques solutions pour lutter contre la contrefaçon » présentée lors de la 5ème édition du Colloque international sur la contrefaçon en Algérie organisé par le World Trade Center-Algiers.

« Ces organismes serviront de services d’appui et d’assistance aux sous-traitants, pour l’élaboration des dossiers techniques, et de services de contrôle pour l’homologation des pièces de rechange fabriquées ou importées », a-t-il expliqué.

L’expert est également revenu sur l’état des lieux du secteur automobile en Algérie, expliquant qu’il y ’a un marché primaire qui vient à peine de démarrer et a besoin de se structurer d’avantage pour assurer son développement et sa pérennité.

Et d’autre part, il existe un marché secondaire, celui de la pièce de rechange, très dynamique, mais complètement déstructuré, selon l’expert.

Il également souligné que « le parc automobile en Algérie est de 6 millions de véhicules’’, tandis que « le parc automobile vieillissant est de plus 50% des véhicules lesquels ont plus de 20 ans ».

Selon l’expert, « la consommation relative en pièces de rechange, elle est estimée à 1,5 milliard de dollars pour l’année 2018 ».

Abordant ce qu’il a qualifié de « paramètres aggravants », M.Kezzar a relevé « la mauvaise qualité de la pièce de rechange, mise sur le marché, (pièces contrefaites), d’une part et « l’absence de procédures et de moyens rigoureux de contrôle de la conformité des pièces de rechange importées ».

Conditions normatives de production et commercialisation de la pièce de rechange

Kezzar a d’autre part expliqué les conditions normatives de production et de commercialisation de la pièce de rechange requises par la législation en vigueur dans le secteur de l’industrie des composants automobile.

Ainsi, pour les pièces de rechange d’origine, le fabricant certifie que les pièces ont été fabriquées conformément aux spécifications et normes de production du véhicule automobile, fournies par le constructeur.

L’accès des équipementiers aux normes et spécifications techniques approuvées par le constructeur est conditionné par le lien contractuel entre les deux parties et seules les entreprises choisies par le constructeur pourront bénéficier de l’appellation pièce de rechange d’origine, figurent aussi parmi les conditions citées par l’expert.

Pour les pièces de rechange importées, il est exigé la présentation de tous les documents justifiant la relation contractuelle entre le constructeur et l’équipementier et le certificat de conformité de la pièce.

Concernant les pièces de rechange de qualité équivalente, le fabricant doit certifier que les caractéristiques dimensionnelles, physiques et mécaniques des pièces produites, sont équivalentes à celles des composants, qui sont ou ont été utilisés pour le montage de véhicules automobiles.

Le fabricant doit aussi élaborer un dossier technique complet pour la caractérisation de la pièce équivalente à fabriquer.

Il est également exigé que le dossier technique de la pièce soit validé par le Centre National Technique de la Mécanique ou par un laboratoire algérien agrée.

« Une pièce peut être équivalente à la qualité des pièces de rechange d’une gamme spécifique fournie par les constructeurs de véhicules automobiles à leurs réseaux agrées, y compris des pièces de la gamme économique d’un constructeur de véhicules automobiles. Auquel cas, le dossier technique de la pièce équivalente doit être élaboré par rapport à ce référentiel’’, note l’expert.

Pour les pièces de rechange de qualité équivalente, importées, il est exigé la présentation de plusieurs documents à savoir, le dossier technique de la pièce, les certificats de conformité de la pièce par rapport aux caractéristiques du dossier technique, délivrés par le

Centre National Technique de la Mécanique ou par un laboratoire agréé algérien.
Pour les pièces de rechange adaptables, le fabricant doit élaborer un dossier technique complet pour la caractérisation de la pièce de rechange adaptable.

Il est aussi exigé que le dossier technique de la pièce de rechange, soit validé par le Centre National Technique de la Mécanique ou par un laboratoire algérien agrée.

Pour les pièces de rechange adaptables, importées, il est exigé la présentation de dossier technique de la pièce, les certificats de conformité de la pièce de rechange par rapport aux caractéristiques du dossier technique.

Par ailleurs, l’expert a relevé que pour des raisons de sécurité et de protection de l’environnement, des équipements et pièces doivent, à l’instar des véhicules automobiles eux-mêmes, être homologués avant d’être mis sur le marché.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Micro-entreprises: les attributions du ministre délégué auprès du Premier ministre fixées

Plusieurs missions ont été attribuées au ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la micro-entreprise, portant notamment sur...

CPA: lancement de neuf produits issus de la finance islamique

Le Crédit Populaire d'Algérie (CPA) a lancé dimanche la commercialisation de neuf (9) produits de la finance islamique au niveau de son agence du...

Atteindre un taux de 70% de stations-service proposant le Sirghaz d’ici 5 ans

Le groupe public Naftal ambitionne d'atteindre le taux de 70% des stations-service proposant le Sirghaz d'ici les 5 prochaines années, a indiqué son Président...

Ville nouvelle de Hassi Messaoud: le projet mis sous la tutelle du ministère de l’Habitat

Le projet de réalisation la Ville nouvelle de Hassi Messaoud (Ouargla) a été officiellement mis sous la tutelle du ministère de l'Habitat, de l’urbanisme...

Le projet d’amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles

Le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a affirmé, mardi, à Alger, que le projet d'amendement de la Constitution, qui sera soumis au référendum le...

Kamel Rezig réaffirme sa volonté d’accompagner plus les producteurs et les exportateurs

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a réaffirmé mardi à Bouira l’engagement et la disposition de son département à accompagner davantage les producteurs ainsi...

Finances : le CPA lance un nouveau produit dédié aux PME et startups

Le Président directeur général (Pdg) du Crédit Populaire d'Algérie (CPA), Mohammed Dahmani, a annoncé, mardi à Alger, le lancement officiel par cette banque publique...

Commerce extérieur: exportation de 240 000 m2 de plaques de plâtres vers le Maroc

Une cargaison de 240.000 mètres carrés de plaques de plâtres standards ignifuges (résistantes au feu) et hydrofuges (résistantes à l'humidité) vient d’être exportée vers...

Dans la même catégorie

- Advertisement -