Le montant des marchandises non facturées exposées à la vente dans les différents locaux commerciaux, marchés et espaces commerciaux à Alger s’est élevé à 698 millions de DA au premier semestre 2019, a-t-on appris dimanche auprès d’un représentant de la direction du commerce de wilaya qui fait état de la saisie, durant la même période, de près de 21 millions de DA de marchandises non conforme aux normes ou impropre à la consommation.

Entre janvier et juin 2019, les équipes de contrôle, de répression de la fraude et des pratiques commerciales relevant des services de la même direction ont enregistré des marchandises non facturées et des bénéfices illégaux d’un montant de 698 millions de DA qui étaient exposés à la vente à Alger, et ce après l’établissement de 1042 infractions, ce qui « traduit le volume des efforts consentis en matière de contrôle et de répression de la fraude concernant les différents produits de consommation pour préserver la santé publique », a déclaré à l’APS, Dahar Laayachi .

Durant la même période, des marchandises non conformes aux normes et impropres à la consommation d’une valeur globale de près de 21 millions de DA ont été saisies, a-t-il fait savoir, indiquant que plus de 41 tonnes de différentes marchandises et produits impropres ou non conformes aux normes ont été saisis, dont 29,930 tonnes de produits alimentaires (plus de 14 millions de da) et 11,118 tonnes de produits industriels (plus de 6 millions de da).

Durant la période suscitées de l’année en cours, le bilan des activités des agents de contrôle, de répression de la fraude et des pratiques commerciales de la direction du commerce fait cas de 68.572 interventions à travers les différents espaces commerciaux à Alger, ayant permis l’établissement de 7678 procès.

Il a fait état de 374 propositions de fermeture de locaux commerciaux, dont 343 pour pratiques commerciales illicites et 31 propositions de fermeture dans le cadre de la répression des fraudes (absence de registre de commerce, non affichage des prix, exposition de denrées alimentaires présentant un danger pour la santé du consommateur).

M.Dahar a fait savoir qu’à l’occasion de la saison estivale, des équipes avaient été mises sur pied pour contrôler la qualité des services au niveau des plages à travers six (6) inspections (Rouiba, Dar El Beïda, Hussein Dey, Bab El Oued, Cheraga et Zeralada).

Il a également fait état de l’organisation de campagnes de sensibilisation en collaboration avec les associations de protection du consommateur pour éviter les intoxications alimentaires, mettant en avant la coordination avec les services de sécurité pour lutter contre le phénomène des marchands ambulants qui proposent des denrées alimentaires ne tenant pas compte des règles d’hygiène et de conservation.

Il a, dans ce cadre, rappelé le programme de prévention des intoxications alimentaires en été, mis en place par le ministère de tutelle, à travers les actions des équipes mixtes de contrôle des produits alimentaires au niveau des commerces, des fast-foods, des restaurants, des camps de vacances et des salles des fêtes.

Le responsable a mis l’accent sur le nécessaire respect de la chaîne de froid et des règles de conservation des différents produits alimentaires et des règles d’hygiène, rappelant que les équipes de protection du consommateur et de répression des fraudes étaient mobilisées à cet effet tout au long de l’été.

Dans le cadre des bureaux d’hygiène ouverts à travers toutes les communes de la capitale, la direction du commerce participe aux côtés d’éléments des directions de la santé et de l’agriculture, de médecins et de vétérinaires, à l’intensification du contrôle de la qualité des plats et autres denrées alimentaires pour veiller au respect des règles sanitaires, a indiqué M. Dahar.