lundi, septembre 23, 2019

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère de l’Industrie et des Mines a envoyé, hier, une correspondance aux constructeurs concernés pour les informer d’une nouvelle mesure prise par le gouvernement pour arrêter la saignée des devises. Selon nos sources, le ministère de tutelle a fixé des quotas d’importation pour l’année 2019 de kits SKD et CKD en montants en devises, selon chaque firme automobile et a informé les concernés que ladite mesure était suivie d’une note de service envoyée à toutes les banques pour exécuter ladite note, désormais en vigueur.

Selon les mêmes sources, cette mesure, qui pourrait par ailleurs être reconduite en 2020 et en 2021 pour les mêmes motifs, a suscité colère et incompréhension chez les constructeurs qui dénoncent “une mesure unilatérale” prise dans la précipitation par le gouvernement Bedoui. En effet, les constructeurs que nous avons pu joindre hier au téléphone, ont estimé que “cette mesure est un coup de massue pour une industrie naissante”, d’autant que les usines de montage en activité, expliquent-ils, “sont assujetties à des contrats annuels avec les maisons-mères sur des projets de montage, de sous-traitance, d’intégration, de formation et de transfert de savoir-faire”. Selon ces opérateurs, les conséquences immédiates pourraient être fatales.

À commencer par l’arrêt des chaînes de montage en raison de la pénurie des kits SKD ainsi que CKD, et, par ricochet, la mise des employés au chômage technique. “Ce n’est pas évident de tenir la cadence avec la limitation des quotas. Les opérateurs avaient déjà vécu une situation similaire en 2014 quand le gouvernement avait limité les importations en recourant au système des licences et des quotas”, explique un opérateur qui se demande pourquoi le département de Djamila Tamazirt n’a pas daigné consulter l’Association des concessionnaires et des constructeurs automobiles algériens (AC2A). Aussi, le ralentissement de l’activité de ces usines aura une conséquence directe sur les prix des véhicules. “C’est une évidence ! Les prix vont augmenter de facto, car les opérateurs doivent maintenir les emplois, payer les charges et poursuivre le processus de la sous-traitance et de la fabrication de la pièce de rechange destinée à l’exportation. À moins de remettre en cause en bloc les accords que nous avons signés avec nos partenaires étrangers”, explique un responsable d’une autre concession représentant d’une firme européenne.

Cette décision, prise au moment où des projets d’usine pour l’année 2019 ont été débloqués alors que d’autres sont toujours en cours d’étude, s’inscrit en porte-à-faux avec le cahier des charges en vigueur qui stipule que les constructeurs qui ne répondaient pas aux exigences en matière d’intégration, de fabrication et d’exportation seront rappelés à l’ordre. “Au lieu d’expertiser les usines en activité et sanctionner les réfractaires à la loi, le gouvernement a mis tous les opérateurs dans le même sac. Pourtant, nous avons vécu des situations difficiles et nous avons répondu aux exigences du ministère de tutelle”, déplore encore un opérateur qui s’interroge, lui aussi, sur les desseins d’une décision aux retombées économiques fâcheuses. Cela étant dit, estiment nos sources, “le ministère de tutelle doit assainir cette activité en faisant appel aux professionnels de ce secteur qui ont toujours prôné le passage par des contrats de filière pour prétendre atteindre l’objectif de 500 000 unités/an en 2022 et aspirer à l’exportation des véhicules et de la pièce de rechange”.

Sourceliberte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Présidentielles: 14 candidats à la candidatures connus

Quatorze (14) postulants à la candidature pour l'élection présidentielle du 12 décembre prochain ont retiré, jusqu'à ce vendredi, les...

Production industrielle publique: hausse de près de 5% au 1er semestre 2019

La production industrielle publique de l'Algérie, a enregistré une hausse de 5,6% durant le 2ème trimestre 2019, générée par des "améliorations appréciables" dans plusieurs...

Industrie: recul de la production dans trois secteurs

De janvier à juillet 2019, les données de l'ONS, relèvent, par ailleurs, que trois secteurs industriels ont enregistré un recul de production, par rapport...

Energie/ Gaz : Mohamed Arkab invité en Russie

Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, a reçu jeudi au siège de son département ministériel, l'ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie, Igor...

Présidentielles du 12 décembre : révision des listes électorale à partir du 22 septembre

L'opération de révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de la prochaine élection présidentielle prévue le 12 décembre prochain, sera lancée à partir du...

Dans la même catégorie

- Advertisement -