lundi, janvier 27, 2020

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère de l’Industrie et des Mines a envoyé, hier, une correspondance aux constructeurs concernés pour les informer d’une nouvelle mesure prise par le gouvernement pour arrêter la saignée des devises. Selon nos sources, le ministère de tutelle a fixé des quotas d’importation pour l’année 2019 de kits SKD et CKD en montants en devises, selon chaque firme automobile et a informé les concernés que ladite mesure était suivie d’une note de service envoyée à toutes les banques pour exécuter ladite note, désormais en vigueur.

Selon les mêmes sources, cette mesure, qui pourrait par ailleurs être reconduite en 2020 et en 2021 pour les mêmes motifs, a suscité colère et incompréhension chez les constructeurs qui dénoncent “une mesure unilatérale” prise dans la précipitation par le gouvernement Bedoui. En effet, les constructeurs que nous avons pu joindre hier au téléphone, ont estimé que “cette mesure est un coup de massue pour une industrie naissante”, d’autant que les usines de montage en activité, expliquent-ils, “sont assujetties à des contrats annuels avec les maisons-mères sur des projets de montage, de sous-traitance, d’intégration, de formation et de transfert de savoir-faire”. Selon ces opérateurs, les conséquences immédiates pourraient être fatales.

À commencer par l’arrêt des chaînes de montage en raison de la pénurie des kits SKD ainsi que CKD, et, par ricochet, la mise des employés au chômage technique. “Ce n’est pas évident de tenir la cadence avec la limitation des quotas. Les opérateurs avaient déjà vécu une situation similaire en 2014 quand le gouvernement avait limité les importations en recourant au système des licences et des quotas”, explique un opérateur qui se demande pourquoi le département de Djamila Tamazirt n’a pas daigné consulter l’Association des concessionnaires et des constructeurs automobiles algériens (AC2A). Aussi, le ralentissement de l’activité de ces usines aura une conséquence directe sur les prix des véhicules. “C’est une évidence ! Les prix vont augmenter de facto, car les opérateurs doivent maintenir les emplois, payer les charges et poursuivre le processus de la sous-traitance et de la fabrication de la pièce de rechange destinée à l’exportation. À moins de remettre en cause en bloc les accords que nous avons signés avec nos partenaires étrangers”, explique un responsable d’une autre concession représentant d’une firme européenne.

Cette décision, prise au moment où des projets d’usine pour l’année 2019 ont été débloqués alors que d’autres sont toujours en cours d’étude, s’inscrit en porte-à-faux avec le cahier des charges en vigueur qui stipule que les constructeurs qui ne répondaient pas aux exigences en matière d’intégration, de fabrication et d’exportation seront rappelés à l’ordre. “Au lieu d’expertiser les usines en activité et sanctionner les réfractaires à la loi, le gouvernement a mis tous les opérateurs dans le même sac. Pourtant, nous avons vécu des situations difficiles et nous avons répondu aux exigences du ministère de tutelle”, déplore encore un opérateur qui s’interroge, lui aussi, sur les desseins d’une décision aux retombées économiques fâcheuses. Cela étant dit, estiment nos sources, “le ministère de tutelle doit assainir cette activité en faisant appel aux professionnels de ce secteur qui ont toujours prôné le passage par des contrats de filière pour prétendre atteindre l’objectif de 500 000 unités/an en 2022 et aspirer à l’exportation des véhicules et de la pièce de rechange”.

Sourceliberte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

La MG EZS , La première voiture électrique à obtenir l’homologation en Tunisie est une MG !

La marque lance son offensive électrique avec l’homologation de sa EZS : premier SUV urbain 100% électrique. Après s’être...

M. Abdesslam Rhnimi devient Directeur général de Total Tunisie et succède à M. Mansur Zhakupov

Total Tunisie annonce la nomination de M. Abdesslam Rhnimi au poste de Directeur général de Total Tunisie à compter du 6 décembre 2019. Il...

Téléphonie : Samsung Galaxy A51 officialisé avec son écran 6,5 pouces et ses 4 capteurs photo

Samsung Electronics Ltd. Samsung annonce aujourd’hui la sortie du Galaxy A51 en Tunisie. Ce modèle intègre quatre modules photo, garantissant de réussir ses photos...

Echanges commerciaux au centre des entretiens entre Rezig et l’ambassadeur palestinien

Les moyens de promotion des échanges commerciaux bilatéraux ont été, jeudi à Alger, au centre des entretiens entre le ministre du Commerce, Kamel Rezig...

Rezig préside une réunion consacrée à l’examen de la problématique du transport de marchandises

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a présidé, jeudi à Alger, une réunion de coordination consacrée à l'examen de la problématique relative à l'exportation...

L’Algérie n’importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022

Le Président directeur général (Pdg) du Groupe Valorisation des produits agricoles (GVAPRO), Mustapha Belhanini, a indiqué mercredi que l'Algérie cessera en 2022 d'importer la...

Economie mondiale : Les conditions d’un léger rebond de la croissance semblent réunies

Au cours des derniers mois, les enquêtes de conjoncture se sont stabilisées dans l’industrie manufacturière tandis qu’une légère progression a été enregistrée dans les...

Tunisie : La BCT annonce le lancement officiel de la Sandbox réglementaire

La Banque centrale de Tunisie tiendra demain à l’hôtel laico une cérémonie pour l'annonce du lancement officiel de la sandbox reglementaire. Cette action constitue...
- Advertisement -

Dans la même catégorie

- Advertisement -