Revers de Trump face à l’Iran

Dans une ordonnance rendue hier, la Cour internationale de justice a enjoint aux États-Unis de mettre fin aux sanctions imposées à l’Iran visant l’importation de biens nécessaires “à des fins humanitaires”. Abdulqawi Ahmed Yusuf, juge président de la Cour basée à La Haye, a déclaré que “la Cour indique, à l’unanimité, que les États-Unis (…) doivent, par les moyens de leur choix, supprimer toute entrave que les mesures annoncées le 8 mai 2018 mettent à la libre exportation vers l’Iran de médicaments et de matériel médical, de denrées alimentaires et de produits agricoles”.

La CIJ, plus haute instance judiciaire de l’ONU, évoque dans son arrêt “les pièces détachées nécessaires à la sécurité de l’aviation civile”, tout en rappelant que les sanctions réimposées par Donald Trump contre l’Iran comprennent “des restrictions aux importations et aux achats nécessaires à des fins humanitaires (…) qui risquent de nuire gravement à la santé et à la vie de personnes se trouvant sur le territoire iranien”.

Aussitôt le verdict rendu public, le chef de la diplomatie iranienne l’a qualifié de “nouvel échec pour le gouvernement américain accro aux sanctions et victoire du droit”. Mohammad Javad Zarif a estimé sur son compte Twitter “impératif que la communauté internationale fasse obstacle collectivement à l’unilatéralisme pernicieux des États-Unis”.

L’ordonnance rendue par la Cour de La Haye est “un nouveau signe confirmant clairement que la République islamique d’Iran est dans son droit”, ajoute le ministre iranien des Affaires étrangères dans un communiqué de presse. Selon lui, “la décision de la CIJ montre une fois encore que le gouvernement américain est chaque jour un peu plus isolé”. Rappelons que ce retour des sanctions américaines est la conséquence de la sortie des États-Unis de l’Accord international sur le nucléaire iranien de 2015, décidée en mai dernier par l’administration Trump.

R.I

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here