mardi, octobre 15, 2019

Said Djellab: la suppression de la règle 51/49 améliorera l’attractivité de l’économie

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

La suppression de la règle 49-51 régissant l’investissement étranger en Algérie, désormais maintenue seulement dans les secteurs stratégiques, contribue fortement à l’amélioration du climat des affaires et l’attractivité de l’économie nationale, a affirmé, lundi à Alger, le ministre du Commerce Said Djellab.

« La règle 49-51 sera maintenue dans certains secteurs stratégiques, pour le reste des secteurs nous allons libérer les initiatives d’investissement », a précisé le ministre lors d’une conférence de presse conjointe avec le commissaire du commerce et de l’industrie de l’Union africaine Abert M.Muchanga en marge de la conférence nationale sur les enjeux de la Zone de libre échange continentale (ZLECAF).

« Pour donner un bond qualitatif à l’économie nationale et aux investissements étrangers, l’Algérie doit être attractive en limitant la règle 49-51 aux secteurs stratégiques et en assouplissants les différentes mesures pour capter plus d’investissements au profit de l’économie nationale », a-t-il encore noté.

« Si l’Algérie veut maintenant faire partie de cette dynamique continentale africaine, il faut qu’elle libéralise de plus en plus l’acte d’investir afin d’attirer les différents opérateurs étrangers de tous les continents », a ajouté M.Djellab.

Il a relevé que la règle 49-51 « ne constitue pas la seule entrave à l’encontre des investissements mais il y a aussi tout un climat des affaires qui doit être amélioré, en liant des contacts entre les hommes d’affaires algériens et leurs homologues étrangers pour créer des partenariats fructueux ».

Il a rappelé, dans ce contexte que des mesures urgentes ont été prises pour accompagner les entreprises algériennes pour relever le challenge concurrentiel à travers les différentes expositions des produits algériens dans plusieurs pays africains.

Il a indiqué que la réforme du Fonds du Soutien pour la Promotion des Exportations (FSPE) pour accompagner de façon très active et pragmatique ces entreprises fait partie de ces mesures adoptées par l’Etat.

« Il existe également parmi ces mesures de facilitation à l’endroit des entreprises algériennes, l’intégration du transport terrestre vers l’Afrique qui est subventionné », a-t-il assuré.

Une autre mesure de facilitation englobant la prospection des marchés et l’accompagnement des entreprises font également partie de ce processus ainsi que d’autres mesures fondamentales à l’instar de celles concernant le financement.

Le plus important objectif dont ambitionne toutes ces facilitation c’est que ces entreprises algériennes puissent être présentes dans le marché africain à travers la création de leurs filiales directes ou des bureaux de liaisons dans ces pays de façon permanente.

Pour concrétiser la présence des entreprises algériennes dans les pays africains, il faut impérativement développer l’activité logistique, c’est à dire le transport terrestre à travers les frontières ainsi que le transport aérien, a souligné le ministre.

M Djellab a indiqué qu’en 2020, le processus du démantèlement tarifaire sur 5 ans pour 90 % des marchandises va être appliqué une démarche qui va assouplir les droits de douanes, c’est à dire qu’en 2024 les taux seront à 0 %.

Le commissaire du commerce et de l’industrie de l’Union africaine Abert M .Muchanga a relevé de son côté l’importance capitale que revêt le développement de la logistique entre les pays africains dans le but de faciliter l’accès aux différents marchés du continent.

SourceAPS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Football/France : Les spécialistes impressionnés par les pépites algériennes

De l'arme fatale de Monaco Islam Slimani à la pépite de Nice Hichem Boudaoui, les clubs français ont massivement...

Irrigation : une filiale du groupe IMETAL lance des produits innovants

L’Entreprise Nationale de Tubes et Transformation de Produits Plats (ANABIB), filiale du groupe IMETAL vient de lancer des produits modernes et innovants en matière...

Algérie-Nigéria : beaucoup de bonnes intentions mais rien dans les faits

les déclarations d'intention ne suffisamment. En économie, il y' a que l'acte d'investir qui est comptabilisé au final. C'est le constat fait par les...

Le Gouvernement met la main à la poche :  Plus de 17 milliards DA pour le dégel de projets dans le Sud et 42 milliards...

Le gouvernement continue sa politique de navigation à vue. Il est plutôt dans la réaction que dans l’anticipation. Il fallait attendre des tragédies se...

Habitat : Affectation de 120.000 logements LPA au niveau national

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud a affirmé, lundi à Alger, que le quota de logements promotionnels aidés...

Dans la même catégorie

- Advertisement -