HomeEconomieSelon l’AIE sur le pétrole: la demande mondiale devrait revenir d’ici la...

Selon l’AIE sur le pétrole: la demande mondiale devrait revenir d’ici la fin de 2022 aux niveaux d’avant la pandémie

Considérer comme le rapport de référence en matière de données et de perspectives du marché pétrolier mondial, la publication de l’AIE l’optimisme affiché par l’OPEP.

En effet, la demande mondiale de pétrole devrait revenir aux niveaux d’avant la pandémie d’ici la fin de 2022, augmentant de 5,4 mb/j en 2021 et de 3,1 mb/j supplémentaires l’année prochaine. L’OCDE représente 1,3 Mb/j de la croissance de 2022 tandis que les pays non membres contribuent 1,8 Mb/j. La demande de jet et de kérosène connaîtra la plus forte augmentation (+1,5 mb/j en ga), suivie de l’essence (+660 kb/j en ga) et du gasoil/diesel (+520 kb/j en ga).

L’offre mondiale de pétrole devrait croître à un rythme plus rapide en 2022, les États-Unis générant des gains de 1,6 mb/j des producteurs extérieurs à l’alliance OPEP+. Cela laisse à l’OPEP+ la possibilité d’augmenter la production de pétrole brut de 1,4 mb/j au-dessus de son objectif de juillet 2021 à mars 2022 pour répondre à la croissance de la demande. En 2021, la production de pétrole hors OPEP+ devrait augmenter de 710 kb/j, tandis que l’offre totale de pétrole de l’OPEP+ pourrait augmenter de 800 kb/j si le bloc s’en tient à sa politique actuelle.

Le débit mondial des raffineries en 2021 devrait récupérer la moitié de la baisse de 7,4 mb/j en 2020, à la traîne par rapport à la croissance de la demande de produits raffinés alors que les stocks excédentaires sont épuisés. En 2022, l’activité de raffinage devrait augmenter de 2,4 mb/j. 3,8 mb/j de nouvelles capacités mises en service sur 2021-2022 seront partiellement compensées par 2,3 mb/j de fermetures ou conversions annoncées en bio-raffineries.

Les stocks de l’industrie de l’OCDE sont restés relativement stables en avril, à 2 926 mb, mais ont chuté de 1,6 mb en dessous de la moyenne d’avant Covid 2015-19 pour la première fois depuis plus d’un an. Les données préliminaires de mai pour les États-Unis, l’Europe et le Japon montrent que les stocks de l’industrie ont augmenté de 17,2 mb combinés. Le pétrole brut détenu en stockage flottant à court terme a diminué de 6,8 mb à 99,4 mb en mai, son plus bas niveau depuis février 2020.

Les prix du brut ont augmenté en raison des fondamentaux pétroliers et des marchés financiers haussiers au cours du mois dernier, tandis que le déport s’est accentué sur les deux contrats à terme sur le brut de référence, reflétant l’anticipation d’un resserrement des marchés à venir. North Sea Dated a augmenté de 3,95 $/b en mai à 68,54 $/b et a atteint 69,84 $/b au cours de la première semaine de juin. Les coûts de fret pétrolier sont restés globalement faibles en mai.

Notre premier examen détaillé des soldes 2022 confirme les attentes antérieures selon lesquelles l’OPEP+ doit ouvrir les robinets pour maintenir les marchés pétroliers mondiaux correctement approvisionnés. La demande mondiale de pétrole continuera de se redresser et, en l’absence de nouveaux changements de politique, d’ici la fin de 2022, elle atteindra 100,6 mb/j. La production hors OPEP+ devrait également augmenter, mais les gains sont loin des niveaux nécessaires pour empêcher de nouveaux prélèvements de stocks. En avril, les stocks totaux de l’industrie de l’OCDE ont chuté de 61,3 millions de dollars en dessous de leur moyenne 2016-2020. Le rythme auquel les coupes de l’OPEP+ pourront être annulées dépendra non seulement du succès à contenir la propagation du virus et de la croissance de la demande, mais aussi du moment du retour éventuel des barils iraniens sur le marché.

Après une baisse record de 8,6 mb/j en 2020, la demande mondiale de pétrole devrait rebondir de 5,4 mb/j en 2021 et de 3,1 mb/j supplémentaires l’année prochaine, pour s’établir en moyenne à 99,5 mb/j. D’ici fin 2022, la demande devrait dépasser les niveaux d’avant Covid. La reprise sera inégale non seulement entre les régions mais entre les secteurs et les produits. Alors que la fin de la pandémie est en vue dans les économies avancées, la lenteur de la distribution des vaccins pourrait encore compromettre la reprise dans les pays non membres de l’OCDE. Le secteur de l’aviation sera le plus lent à se remettre car certaines restrictions de voyage resteront probablement en place jusqu’à ce que la pandémie soit fermement maîtrisée. La demande d’essence devrait également accuser un retard par rapport aux niveaux d’avant Covid, car la poursuite des pratiques de télétravail et une part croissante de véhicules électriques et plus efficaces compensent l’augmentation de la mobilité.

Il est peu probable que la croissance de la demande attendue soit un problème. Même après avoir augmenté la production de pétrole d’environ 2 mb/j sur la période mai-juillet, l’OPEP+ disposera de 6,9 ​​mb/j de capacité de réserve effective. Si les sanctions contre l’Iran sont levées, 1,4 mb/j supplémentaires pourraient être mis sur le marché dans un délai relativement court. Quant aux producteurs extérieurs à l’alliance, la croissance de la production devrait s’accélérer de 700 kb/j en 2021 à 1,6 mb/j l’année prochaine. Les États-Unis sont en tête des gains en 2022, ajoutant plus de 900 kb/j à l’offre totale, suivis du Canada, du Brésil et de la Norvège. Cela laisse la production non-OPEP+ bien au-dessus des niveaux de 2019. En revanche, même si les producteurs de l’OPEP+ comblaient l’écart créé par la croissance de la demande, la production du bloc serait toujours inférieure de plus de 2 mb/j à la moyenne de 2019.

Le secteur du raffinage, quant à lui, devrait rester sous pression. En 2022, la demande de produits raffinés sera toujours inférieure aux niveaux de 2017. Après des ajouts nets de capacité de 3,3 mb/j sur la période 2017-20, une nouvelle capacité nette de distillation de brut de 1,5 mb/j supplémentaire sera mise en service en 2021-2022. Cela signifie que les taux d’utilisation moyens mondiaux atteignent 78%, limitant tout rebond des marges des raffineries par rapport aux niveaux déprimés de 2020-21.

Les prévisions mettent également en évidence les défis décrits dans Net Zero d’ici 2050 récemment publié par l’AIE – Une feuille de route pour le secteur énergétique mondial. Cette feuille de route note que la plupart des engagements pris par les pays ne sont pas encore étayés par des politiques et des mesures à court terme. En attendant, la demande de pétrole devrait continuer à augmenter, soulignant l’énorme effort requis pour se mettre sur la bonne voie pour atteindre les ambitions affichées.

 Il est à noter que le rapport de l’AIE sur le marché du pétrole (OMR) est l’une des sources de données, de prévisions et d’analyses les plus fiables et les plus actuelles au monde sur le marché mondial du pétrole, y compris des statistiques détaillées et des commentaires sur l’offre, la demande, les stocks, les prix et l’activité de raffinage, ainsi que comme le commerce du pétrole pour l’AIE et certains pays non membres de l’AIE.

Les prix de pétrole ont terminé la semaine en hausse confirmant ainsi la tendance haussière constatée dès le début de la semaine. Le baril de Brent a clôturé la semaine à 72,59 dollars et celui du WTI à 70,81 dollars tous les deux en hausse respectivement de 0,10% et 0,74%

Source : AIE

- Advertisement -
Must Read
- Advertisement -
A lire également
- Advertisement -