jeudi, février 27, 2020

Selon le président de l’APN : la situation économique de plus en plus tendue

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le président de l’Assemblée populaire nationale, Slimane Chenine, a averti mardi que la situation économique du pays était « de plus en plus tendue ».

« Aujourd’hui, la prudence est requise quant à la situation économique de plus en plus tendue suite aux politiques inopérantes suivies par le passé, et qui étaient basées sur le monopole et l’économie de rente profitant à une clique au détriment du reste des citoyens », a affirmé M. Chenine lors de la séance d’ouverture de la session ordinaire 2019-2020, qui s’est déroulée en présence du Premier ministre, Noureddine Bedoui et des membres du Gouvernement.

Une situation économique aggravée encore par « l’attentisme, l’absence d’esprit d’initiative et la frilosité excessive », a souligné le président de l’APN, plaidant pour « l’accompagnement des entreprises économiques pour la reprise de leurs activités et le traitement de tout ce qui est susceptible de les entraver à travers des solutions économiques et non seulement administratives ».

Par ailleurs, M. Chenine a appelé à « tenir compte de la situation sociale difficile que connaît le pays avec le régression du pouvoir d’achat et le recul de certains indicateurs économiques ».

Il a estimé, dans ce sens, « inacceptable la récurrence de problèmes qu’on croyait réglés comme les coupures d’eau et d’électricité, les mauvaises prestations sanitaires et d’autres maux qui empoisonnent le quotidien des citoyens au moment où nous aspirons à une bonne rentrée sociale ».

D’autre part, le ministre des Finances, Mohamed Loukal, a indiqué à la presse au sujet des salaires impayés des travailleurs des entreprises dont les patrons sont incarcérés, que ces salaires seront versés « dans les prochains jours » et que « toutes les situations en suspens seront réglées ».

A la question de savoir si les emplois au sein de ces entreprises seront préservés, le ministre a réaffirmé qu' »aucun emploi ne sera supprimé, mieux encore les emplois seront consolidés grâce aux administrateurs ».

Sur le même dossier, le ministre du Commerce Saïd Djellab a indiqué, en réponse à une question sur les importations gelés de ces entreprises en raison du gel de leurs comptes bancaires, que « la désignation d’administrateurs à la tête de ces entreprises allait permettre de régler ce problème ».

A une autre question sur l’importation des véhicules de moins de trois ans, M. Djellab s’est contenté de répondre que ce dossier « était toujours à l’étude au niveau du Gouvernement ».

De son côté, le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi, a fait savoir en réponse à une question de l’APS sur la durée que prendrait le dégel des comptes bancaires des entreprises concernées que « quel que soit la durée que prendrait cette procédure qui relève de la Justice, le but escompté est de préserver les entreprises et de conserver les emplois ».

Soulignant que « la justice demeure souveraine et il ne faut pas s’immiscer dans son travail », il a ajouté: « j’ai eu des réunions avec des représentants de ces entreprises à qui j’ai fait part de la volonté sincère du Gouvernement algérien à accompagner leurs efforts et à œuvrer sérieusement en vue de leur venir en aide ».

« L’Algérie a besoin aujourd’hui non seulement des entreprises performantes, mais aussi de toutes celles qui contribuent au renforcement de l’économie nationale », a-t-il conclu.

SourceAPS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Téléphonie : Huawei dope le nouveau Y7p, un smartphone puissant

Les utilisateurs ont souvent un problème de rapport qualité prix, surtout avec les smartphones d’entrée de gamme avec une...

Arezki Baraki : Les réserves hydriques suffisantes pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020

Le ministre des Ressources en eau, Arezki Baraki, a affirmé lundi à Alger que le pays disposait de réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire aisément...

Inauguration d’une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a inauguré lundi à Hassi Massaoud, une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz, d'une capacité de...

Les accords commerciaux ont maintenu l’économie nationale dans un état de dépendance

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé lundi à Alger que les accords commerciaux conclus avec les principaux partenaires économiques "ont maintenu, pendant...

Huawei Appgallery: une plateforme révolutionnaire

Après le succès au maroc, huawei, le deuxième leader mondial de téléphonie a annoncé le lancement de sa propre plateforme « App gallery ». Cette...

Téléphonie : Samsung s’impose dans les mises à jour Android

Samsung Electronics Ltd. Samsung crée la surprise en réussissant une belle prouesse technologique, celle d’une mise à jour de la version Android à une...

Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l’investissement

Une révision de la réglementation sera faite dans le secteur industriel pour encourager l'investissement, la rentabilité et le gain de productivité, a indiqué mardi...

Recettes douanières: hausse de 7% en 2019

Les recettes douanières de l'Algérie se sont établies à 1.097,86 milliards (mds) de dinars en 2019, contre 1.026,28 mds de dinars en 2018, enregistrant...

Dans la même catégorie

- Advertisement -