lundi, novembre 30, 2020

Si les prix du pétrole continuaient leur ascension, la croissance mondiale finirait par en souffrir

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le 12 janvier dernier, Donald Trump annonçait la prolongation, pour une durée de 120 jours, de la levée des sanctions contre l’Iran, précisant que ce serait le dernier renouvellement en l’absence de renégociation de l’accord sur le nucléaire iranien. Depuis février, les marchés ont donc de plus en plus anticipé un retrait des Etats-Unis de cet accord, comme en témoigne la hausse du cours du brut. La corrélation entre le prix du pétrole et le rendement des Treasuries à 10 ans a été forte ces dernières semaines. L’un et l’autre ont augmenté de concert, même si le pétrole n’a pas été le seul facteur ayant amené le taux américain à 10 ans à franchir, à un moment donné, le seuil des 3,00 %. L’annonce, le 8 mai, du retrait des Etats-Unis et du rétablissement des sanctions vis-à-vis de l’Iran a de nouveau fait grimper les prix du pétrole, les marchés redoutant une diminution des approvisionnements iraniens.

Ce retrait aggrave les incertitudes géopolitiques et économiques, sans affecter outre mesure les bourses qui semblent l’avoir en partie anticipé : les indices américains ont clôturé à un niveau inchangé, le lendemain les marchés asiatiques étaient légèrement en repli, et certains ont même progressé à l’instar des places européennes. La fuite vers les valeurs refuges n’a donc pas eu lieu. Les marchés obligataires ont été guidés par les perspectives d’inflation, ainsi les rendements ont légèrement augmenté parallèlement au cours du pétrole (voir graphique).

Au-delà du soulagement à court terme devant une réaction aussi modérée, il est clair que le monde est désormais d’une plus grande complexité. L’ascension du cours du brut, si elle devait se poursuivre, ne manquerait pas de susciter des inquiétudes sur d’éventuels effets préjudiciables pour la croissance : la hausse des prix du pétrole entraîne une « mauvaise inflation » (liée à l’offre), susceptible d’engendrer in fine un choc stagflationniste via une diminution du pouvoir d’achat réel des ménages et un coup de frein aux bénéfices des entreprises fortes consommatrices de pétrole. En zone euro, la hausse du prix du pétrole en euros est encore plus marquée après le repli d’environ 5 % de l’euro face au dollar depuis fin janvier. Cependant, la zone euro devrait bien résister compte tenu des niveaux de croissance, de confiance et de création d’emplois, sans oublier la hausse des revenus et l’augmentation du taux d’activité. Enfin, les banques centrales risquent de devoir choisir entre réagir à la hausse de l’inflation totale ou se concentrer sur l’inflation sous-jacente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Le Bureau de l’APN examine 17 modifications proposées au PLFC 2021

Le Bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) s’est réuni jeudi sous la présidence de Slimane Chenine, président de l’Assemblée...

Le gaz source abondante et souple, répond aux besoins mondiaux croissants

Les ministres participants à la réunion du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenue par visioconférence ont affirmé que le gaz serait une...

Gaz: la part dans le mix énergétique mondial atteindra un taux de 28% d’ici 2050

La part du gaz dans le mix énergétique mondial passera d'un taux de 23 % actuellement à 28 % d’ici 2050, a indiqué jeudi...

Construction de véhicules-concessionnaires: création de deux comités techniques

Deux comités techniques interministériels ont été créés par le ministère de l'Industrie dans l'objectif d'examiner et de suivre les dossiers relatifs à l'exercice de...

Carburant : L’Algérie en mesure de convertir 500.000 véhicule/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié (GPL), a indiqué l'Union nationale des installateurs...

L’Algérie procèdera à la réalisation progressive de centrales électriques

Le Président directeur général (PDG) du groupe Sonelgaz, Chaher Boulakhras a affirmé, mercredi à Blida, que l'Algérie procèdera désormais à la réalisation "progressive" de...

Lancement de la 1ère édition du Forum des Transports lundi prochain

Le ministre des Transports, Lazhar Hani supervisera lundi prochain le lancement de la première édition du "Forum des Transports" qui s'inscrit dans le cadre...

Complexe El-Hadjar: importation de l’acier brut pour résoudre le problème d’approvisionnement

Le Complexe sidérurgique d'El-Hadjar (Annaba) sera autorisé à importer de l'acier brut en cas de production locale déficitaire, pour résoudre le problème d'approvisionnement en...

Dans la même catégorie

- Advertisement -