Le Groupe de la Banque Mondiale (BM) a prévu un retour rapide de l’Algérie à l’ajustement budgétaire après la politique expansionniste prônée par l’ancien gouvernement pour doper la croissance économique dans un contexte de baisse des recettes pétrolières.

« Le rééquilibrage budgétaire pourra reprendre au second semestre de 2019 », indique la BM dans son bulletin d’information économique de la région Mena, relevant qu’il « faudra tôt ou tard mettre un terme au financement des déficits budgétaires par la Banque centrale pour maîtriser l’inflation ».

L’Algérie a donné un coup de frein à l’ajustement budgétaire opéré en 2016-2017, en recourant au financement non conventionnel pour poursuivre le financement des investissements publics avec la baisse des cours de pétrole.

La BM précise que ce rééquilibrage budgétaire devrait être suivi d’un léger ralentissement des secteurs hors hydrocarbures sur l’année 2019, neutralisant ainsi une légère augmentation de la production d’hydrocarbures et devrait se traduire également par une croissance léthargique.

Les recettes des secteurs hors hydrocarbures apporteront une certaine marge de manœuvre pour réduire l’ampleur des coupes budgétaires. De ce fait, une légère baisse du déficit budgétaire est attendue à 5,1% du PIB en 2020 contre 4,0 % en 2021.

Pour cette institution, il y’a urgence à opérer des réformes structurelles. « Ce compromis entre maîtrise des dépenses et accroissement des recettes débouchera sur une croissance amorphe de 1,7% en 2020 et 1,4% en 2021 », prévoit le bulletin.

Si des réformes structurelles sont menées du côté des subventions et du climat des affaires, le déficit courant baissera pendant cette période à 6,8% du PIB, ce qui le rendra gérable au vu du niveau substantiel des réserves (13 mois d’importations d’ici la fin 2019).

L’effet cumulé du financement monétaire considérable contribuera également à accroître la pression inflationniste, estiment les auteurs du bulletin.

L’institution de Bretton Woods qui a abaissé ses prévisions de croissance pour l’Algérie en 2018 de 2,5 à 1,5%, a indiqué s’attendre à une aggravation des déficits budgétaire et courant qui devraient atteindre respectivement 8,5 et 8,1% du PIB en 2019.

« Tout retournement des tendances mondiales du prix des hydrocarbures compliquera la réduction prévue du double déficit « , selon les mêmes projections.

Malgré la politique monétaire expansionniste, l’inflation est restée maîtrisée, baissant à environ 4,3% en 2018 contre 5,6% en 2017, souligne ce bulletin publié à la veille des réunions de printemps de la BM et du FMI.

La BM signale qu’a fin janvier 2019, le montant global de monnaie crée au titre de  » financements non conventionnels e atteignait 6.556 milliards de dinars, soit 31,1 % du PIB, ce qui est supérieur au montant cumulé des déficits budgétaires pour 2017 et 2018 (2.793 milliards de dinars).

Pour la banque mondiale, l’Algérie n’a pas besoin d’emprunter.  « Les nouvelles tendances mondiales telles que le changement climatique, les technologies de rupture et l’importance croissante du capital humain confirment que ce défi est à relever d’urgence » soutient la BM.

Pour ce faire, il faudra engager d’ambitieuses réformes, dont certaines ont été énoncées par les autorités dans le décret accompagnant le recours au financement non conventionnel du déficit, recommande cette institution financière internationale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here