mercredi, juin 16, 2021

Sud du pays: Fruits et légumes 50% plus chers que dans le nord

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Les prix des fruits et légume flambent durant ce mois jeûne. Cette flambée est particulièrement excessive dans le sud du pays. Pourtant, le ministre du Commerce, Said Djellab, avait prévenu contre la pratique des prix hors portée du portefeuille des ménages. Il a promis des sanctions contre les récalcitrants.  Il n’en est rien au bout du compte. Le commerçant fait ce qu’il veut, en attendant des jours meilleurs pour les citoyens.

Pour preuve, les prix des fruits et légumes, dans le sud du pays, connaissent une hausse encore plus importante que dans le Nord, depuis le début du mois de ramadhan. D’après les estimations de l’Association nationale des commerçants algériens (ANCA), la différence avoisine en moyenne 30%. Plus, la coordinatrice des régions du sud de l’Association de protection et d’orientation des consommateurs et de l’environnement (APOCE), Chaïma Cherad, affirme que les prix des produits ont carrément doublé. Surtout, précise-t-elle, dans les régions de l’extrême sud comme Tindouf.

«Si le prix de la pomme de terre est à 50 Da le kilo dans le nord du pays, elle coûte ici 100 DA. Les prix référentiels, fixés en coordination avec le ministère du Commerce, ont doublé, et ce, même dans les communes situées sur la RN 50», fait-elle savoir. Elle explique, à ce propos, que d’une façon générale, en effet, la hausse des prix dans les régions du sud du pays est justifiée par les coûts du transport, plus chers dans les endroits isolés.

«Seulement, la flambée exagérée des prix ne se limite pas aux communes isolées mais concerne aussi celles qui se trouvent à proximité de la route nationale. Ce qui est incompréhensible», indique-t-elle. Elle déplore que, dans les régions isolées, les prix ont franchi un seuil encore plus intolérable. Dans ces régions, constate-elle, non seulement les prix sont plus chers mais les produits agricoles distribués ne répondent pas à la demande. Pis, certains légumes de base ne sont même pas disponibles.

Pour le président de l’ANCA, Hadj-Tahar Boulenouar, les coûts, excessifs, du transport sont à l’origine de la flambée dans les prix. «Plus les régions sont isolées et plus les coûts sont chers. Surtout que, dans le Sud, les marchés de gros se comptent sur les doigts de la main et sont capacité très réduite. Le fait également est que les unités de transformation industrielle se situent dans le Nord.

Ce qui affecte aussi les prix des produits agroalimentaires», rapporte-t-il. Chose que confirme la coordinatrice de l’APOCE, relevant que les prix des produits de large consommation, tels que le lait et le sucre, sont plus chers dans le sud du pays. «A Tindouf, par exemple, le lait en sachet coûte 25 DA au centre-ville mais entre 30 et 40 DA dans les autres communes, y compris dans celles situées sur la RN 50. Dans certaines régions, le lait n’y est même pas distribué alors que deux usines de transformation de ce produit sont implantées dans la wilaya», observe-elle. Cette situation, selon elle, n’est pas propre à Tindouf. Le même constat est enregistré à Tamanrasset, Adrar et Illizi, notamment.

Boulenouar estime qu’il est urgent de trouver des solutions à la problématique des coûts du transport et d’investir davantage dans la transformation industrielle et dans la production agricole. A Tindouf, par exemple, des légumes et des fruits sont produits mais le volume ne répond, d’après la représentante de l’APOCE, qu’à 05% de la demande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Chengriha en « mission secrète » à Paris : le ministère de la Défense dément

Le ministère de la Défense nationale (MDN) a démenti "catégoriquement", mardi, l'information publiée par le site électronique du magazine...

Législatives du 12 juin : les indépendants deuxième force politique du pays

La victoire est revenue lors des Législatives du 12 juin au parti du Front de libération nationale (FLN), alors que les indépendants ont créé...

Législatives: 8,35% des députés sont des femmes dans la nouvelle APN

Les femmes sont représentées à hauteur de 8,35% dans la nouvelle composante de l'Assemblée populaire nationale, soit 34 des 407 sièges, selon les résultats...

Législatives : un taux de participation de 23,03%

Le taux de participation aux élections législatives du 12 juin s’est établi à 23,03%, a annoncé, ce mardi, le président de l’Autorité nationale indépendante...

Ligue 1: une occasion pour la JSK de monter sur le podium

La JS Saoura, deuxième au classement de Ligue 1 de football, affrontera en déplacement le MC Alger avec l'objectif de réduire l'écart avec le...

Belmadi: « Cette série d’invincibilité n’est pas le fruit du hasard »

Le sélectionneur algérien Djamel Belmadi a estimé samedi, que la série d'invincibilité de 27 matchs des Verts, n'est pas "le fruit du hasard, mais...

Service après-vente: les opérateurs tenus d’assurer le service

Le fabricant et/ou l'importateur de biens doit assurer le service après-vente du bien mis sur le marché d'une manière à couvrir l'ensemble de son...

Selon l’AIE sur le pétrole: la demande mondiale devrait revenir d’ici la fin de 2022 aux niveaux d’avant la pandémie

Considérer comme le rapport de référence en matière de données et de perspectives du marché pétrolier mondial, la publication de l’AIE l’optimisme affiché par...

Dans la même catégorie

- Advertisement -