mercredi, juillet 15, 2020

Sud du pays: Fruits et légumes 50% plus chers que dans le nord

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Les prix des fruits et légume flambent durant ce mois jeûne. Cette flambée est particulièrement excessive dans le sud du pays. Pourtant, le ministre du Commerce, Said Djellab, avait prévenu contre la pratique des prix hors portée du portefeuille des ménages. Il a promis des sanctions contre les récalcitrants.  Il n’en est rien au bout du compte. Le commerçant fait ce qu’il veut, en attendant des jours meilleurs pour les citoyens.

Pour preuve, les prix des fruits et légumes, dans le sud du pays, connaissent une hausse encore plus importante que dans le Nord, depuis le début du mois de ramadhan. D’après les estimations de l’Association nationale des commerçants algériens (ANCA), la différence avoisine en moyenne 30%. Plus, la coordinatrice des régions du sud de l’Association de protection et d’orientation des consommateurs et de l’environnement (APOCE), Chaïma Cherad, affirme que les prix des produits ont carrément doublé. Surtout, précise-t-elle, dans les régions de l’extrême sud comme Tindouf.

«Si le prix de la pomme de terre est à 50 Da le kilo dans le nord du pays, elle coûte ici 100 DA. Les prix référentiels, fixés en coordination avec le ministère du Commerce, ont doublé, et ce, même dans les communes situées sur la RN 50», fait-elle savoir. Elle explique, à ce propos, que d’une façon générale, en effet, la hausse des prix dans les régions du sud du pays est justifiée par les coûts du transport, plus chers dans les endroits isolés.

«Seulement, la flambée exagérée des prix ne se limite pas aux communes isolées mais concerne aussi celles qui se trouvent à proximité de la route nationale. Ce qui est incompréhensible», indique-t-elle. Elle déplore que, dans les régions isolées, les prix ont franchi un seuil encore plus intolérable. Dans ces régions, constate-elle, non seulement les prix sont plus chers mais les produits agricoles distribués ne répondent pas à la demande. Pis, certains légumes de base ne sont même pas disponibles.

Pour le président de l’ANCA, Hadj-Tahar Boulenouar, les coûts, excessifs, du transport sont à l’origine de la flambée dans les prix. «Plus les régions sont isolées et plus les coûts sont chers. Surtout que, dans le Sud, les marchés de gros se comptent sur les doigts de la main et sont capacité très réduite. Le fait également est que les unités de transformation industrielle se situent dans le Nord.

Ce qui affecte aussi les prix des produits agroalimentaires», rapporte-t-il. Chose que confirme la coordinatrice de l’APOCE, relevant que les prix des produits de large consommation, tels que le lait et le sucre, sont plus chers dans le sud du pays. «A Tindouf, par exemple, le lait en sachet coûte 25 DA au centre-ville mais entre 30 et 40 DA dans les autres communes, y compris dans celles situées sur la RN 50. Dans certaines régions, le lait n’y est même pas distribué alors que deux usines de transformation de ce produit sont implantées dans la wilaya», observe-elle. Cette situation, selon elle, n’est pas propre à Tindouf. Le même constat est enregistré à Tamanrasset, Adrar et Illizi, notamment.

Boulenouar estime qu’il est urgent de trouver des solutions à la problématique des coûts du transport et d’investir davantage dans la transformation industrielle et dans la production agricole. A Tindouf, par exemple, des légumes et des fruits sont produits mais le volume ne répond, d’après la représentante de l’APOCE, qu’à 05% de la demande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Assurances/la CAAT: 24,5 milliards DA de chiffre d’affaires, soit 2% de croissance en 2019

La Compagnie algérienne des Assurances (CAAT), a réalisé en 2019, un chiffre d'affaires de plus de 24,5 milliards de...

OAIC: un système numérique pour traquer le trafic

C'est un secteur qui a connu beaucoup de scandale et de détournements. Pour preuve, l'ex PDG de cette entreprise nationale, 'l'OAIC, séjourne actuellement en...

Trafic et stupéfiants: 6 narcotrafiquants arrêtés et saisi de marchandises

Des détachements de l'Armée nationale populaire (ANP) et des éléments de la Gendarmerie nationale ont arrêté, en coordination avec les services de la Sûreté...

Mascara/ liberté de la presse : le journaliste Ali Djamel Toubal condamné à 15 mois de prison ferme

La justice continue à frapper fort en emprisonnant des journalistes. Ainsi, la cour d’appel de la wilaya Mascara a condamné, ce mardi 14 juillet, un correspondant...

Aid el Adha: la fatwa du ministère autorise le sacrifice

On a fini par prendre la décision autorisant la population à sacrifier un mouton à l'occasion de l'Aid el Adha. Ainsi donc, la Commission ministérielle...

Agression du personnel médical/Covid19: le directeur de CHU de Bouira s’en sort indemne et apporte des précisions

Le directeur du CHU Mohamed Boudiaf à Bouira, le Dr Boutemeur Djamel s'en est sorti indemne après sa défenestration suite à la menace d'ont...

Alger-Paris: Abdelmadjid Tebboune, président de l’Algérie: «Nous ne nous laisserons plus caporaliser par quiconque»

Le président Abdelmadjid Tebboune a accordé un entretien au quotidien français l'Opinion. Nous reproduisons ici l'intégralité de l'interview tel que publié dans le journal. Dans...

Tebboune: la situation financière de l’Algérie lui permet d’accomplir les réformes

La situation financière de l'Algérie, avec des réserves de change encore appréciables et une meilleure maîtrise des dépenses et des importations, permettra au pays...

Dans la même catégorie

- Advertisement -