Visite de la chancelière allemande Angela Merkel en Algérie : l’économie et les affaires au centre des discussions entre Alger et Berlin

La chancelière allemande, Angela Merkel entame une visite officielle ce lundi en Algérie, sur l’invitation du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. Il y’a un peu plus de 7 mois, Angela Merkel, qui a été réélue difficilement chancelière, a reporté sa visite en Algérie à cause de l’état de santé du Président. Cela étant, la visite officielle de la Chancelière revêt une importance capitale pour la consolidation de relations bilatérales et le développement économique et les échanges commerciaux entre Alger et Berlin.

Ainsi, Abdelaziz Bouteflika et Angela Merkel comptent relancer la dynamique pour sceller de nouveaux partenariats entre les entreprises algériennes et germaniques. Car, il faut dire que les rapports économiques entre l’Algérie et l’Allemagne ne sont pas assez denses, comparativement à ce qui se fait avec la France, l’Italie et l’Espagne notamment. Toutefois, la commission mixte de coopération et du forum d’affaires a permis aux entreprises des deux pays de concrétiser de nombreuses opportunités de partenariat mais au niveau des potentialités qui existent entre les deux pays.

Dans ce sillage, on citera, pêle-mêle, le partenariat dans le domaine mécanique, avec l’implantation de l’usine du groupe Volkswagen à Relizane, et la production des véhicules Mercedes- Benz, fruit du partenariat entre la société Daimler, et SNVI et le MDN. Par ailleurs, le résultat de cette visite est surtout attendu dans le registre du partenariat dans des secteurs qui intéressent les entreprises allemandes, en l’occurrence, la sous-traitance automobile, l’énergie renouvelable, la chimie et l’industrie pharmaceutique.

Par ailleurs, il est utile de rappeler que la coopération algéro- allemande, a enregistre un volume d’échange commercial de l’ordre de 3,2 milliards de dollars, et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Du fait qu’elle porte également sur une coopération d’envergure, relative au projet national des énergies renouvelables, visant à atteindre une production de 4000 MW à l’horion 2030, et pour lequel la partie allemande a déjà proposé ses services.

Sur un autres aspect, d’autres sujets seront mis sur la table de discussion entre les officiels des deux pays. Outre l’immigration, le terrorisme international, le sujet inhérent à la circulation des personnes entre les deux pays sera abordé. D’ailleurs, beaucoup de spécialistes estiment la circulation des personnes est une condition basique qui doit être réglé, « si on veut booster les échanges économiques et le développement du partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here