lundi, janvier 27, 2020

BCE : prévisions peu rassurantes

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le compte rendu de la réunion de politique monétaire de la BCE illustre le dilemme auquel elle est confrontée : l’inflation est modérée et les risques pour la croissance sont orientés à la baisse, néanmoins elle doit surveiller de près les conséquences de sa politique très accommodante sur la stabilité financière. La Revue de stabilité financière de la banque centrale fournit à cet égard une analyse détaillée. L’un des possibles effets secondaires des taux d’intérêt bas à négatifs est l’accentuation de la pro-cyclicité des décisions d’emprunts et de dépenses. L’assouplissement quantitatif, en modifiant la structure des risques des portefeuilles d’investissements (moins exposés aux obligations d’État mais davantage aux actifs très risqués), devrait rendre leurs rendements plus sensibles au cycle conjoncturel.

Pour ceux qui apprécient de temps à autre de boire un verre le soir après une dure journée de travail, il est tentant d’en prendre un deuxième, puis un autre. Attention toutefois à ne pas abuser des bonnes choses car les réveils peuvent s’avérer difficiles. Une politique monétaire très accommodante sur une longue période produit les mêmes effets. On se félicite d’abord du coup de pouce donné à la croissance et des emplois qu’elle a permis de créer. Puis place à l’inquiétude face aux possibles effets secondaires, pour ne pas dire les effets indésirables.

zone euro : spread des obligations d’entreprises et rendement des obligations allemandes

  • Ecart entre les obligations à haut rendement et le rendement des obligations allemandes à 10 ans
  • Rendement des obligations allemandes à 10 ans (é.d.)

Source : Datastream, Bank of America Merrill Lynch, BNP Paribas

Coïncidence ou non, cette question a été largement évoquée, la semaine dernière, dans plusieurs discours ou publications. Ainsi, Jens Weidmann, président de la Bundesbank, a parfaitement résumé la question lors d’une conférence à Francfort : « Au-delà de son impact sur la rentabilité des banques, une longue période de taux d’intérêt bas peut aussi inciter les investisseurs en quête de rendement à prendre des risques indus, qui pourraient porter en germe des déséquilibres financiers. Cela pourrait, en fin de compte, empêcher la banque centrale de maintenir la stabilité des prix ». Ce point a également été soulevé dans le compte-rendu de la réunion de politique monétaire de la BCE : « On a fait observer, néanmoins, que les conséquences pour la stabilité financière devaient être surveillées de près car la baisse des taux débiteurs bancaires pourrait comprimer les marges bancaires au-delà d’une couverture adéquate du risque. De plus, certains ont fait valoir qu’il fallait accorder une plus grande attention aux secteurs financiers non bancaires, dans lesquels des conditions de financement plus accommodantes, basées sur le marché, et la recherche de rendement sont également source de risques ». Quoi qu’il en soit, « un large consensus s’est dégagé sur le fait que la politique monétaire doit rester très accommodante pendant une longue période face à l’atonie prolongée de l’économie et à l’évolution modérée de l’inflation ».

Cela montre à quel point la BCE est prise entre deux écueils : d’un côté, le risque de désancrage des anticipations inflationnistes et, de l’autre, les risques pour la stabilité financière. Concernant ces derniers, la lecture de la Revue de stabilité financière de la BCE, également publiée la semaine dernière, donne à réfléchir. Cette dernière dresse une longue liste de points qui méritent une attention particulièrei (notamment dans le domaine spécifique des marchés financiers) et que l’on peut résumer en une seule phrase : une politique monétaire très expansionniste sur une longue période renforce la pro-cyclicité économique car les investisseurs, dans leur quête de rendement, sont incités à prendre plus de risques. Les émetteurs de dette, quant à eux, profitent de la baisse des coûts d’emprunt pour accroître leur endettement et la rentabilité des capitaux investis, ce qui vient soutenir les valorisations boursières. Compte tenu de perspectives d’inflation modérée, ces dynamiques qui se renforcent mutuellement ne disparaîtront pas du fait des hausses de taux directeurs, mais plutôt des inquiétudes entourant les perspectives de croissance bénéficiaire.

Les portefeuilles d’investissements sont également soumis à une pro-cyclicité accrue du fait de l’assouplissement quantitatif. Rappelons que l’un des objectifs intermédiaires de cette politique est de réduire les rendements des obligations d’Etat par la baisse de la prime de terme. Par exemple, lorsque la BCE rachète des obligations à une compagnie d’assurance, la durée des actifs de cette dernière diminue. C’est ce que l’on appelle l’« extraction de la duration ». Autrement dit, cette source de rendement (le supplément de rendement offert en sus du taux d’intérêt à court terme) disparaît. Cela oblige la compagnie d’assurance à renforcer son exposition à d’autres sources de risque pour maintenir la rentabilité attendue de son portefeuille. C’est le « canal de rééquilibrage du portefeuille », qui constitue un autre mécanisme de transmission clé de l’assouplissement quantitatif.

Les autres sources de risque sont, par exemple, le risque de crédit (en investissant dans les obligations d’entreprises) ou le risque actionsii. Il semble, de prime abord, que ces derniers soient de simples substituts au risque de duration. Ils se comportent, cependant, de manière très différente selon la phase du cycle conjoncturel. Lorsque la croissance s’accélère et que les anticipations de resserrement de la politique monétaire augmentent, les obligations d’Etat sont à la peine ; en revanche, les obligations d’entreprises souffrent beaucoup moins (compression du spread des obligations d’entreprises) tandis que les actions ont le vent en poupe, portées par l’amélioration des perspectives bénéficiaires des entreprises. Que se passeraitil à présent en cas de fort ralentissement de la croissance ? Dans ce cas, les rendements des obligations d’État se replieraient et les cours de ces mêmes obligations augmenteraient sensiblement, mais le bénéfice pour les détenteurs d’actifs ayant cédé une partie de leurs avoirs à la BCE serait moins important qu’auparavant. Par ailleurs, ils seraient davantage impactés que par le passé par la baisse des cours des obligations d’entreprises (due à l’élargissement du spread) et des actions, en raison des achats réalisés après la cession de leurs emprunts d’État à la BCE.

En conclusion, l’« extraction de la duration », consécutive aux rachats d’actifs effectués par la banque centrale, entraîne une substitution du risque de duration par d’autres sources de risque. Les portefeuilles de titres sont moins diversifiés, du fait d’une exposition réduite aux obligations d’État, et la pro-cyclicité des rendements du portefeuille augmente. En cas de ralentissement marqué de la croissance, il s’ensuivrait une augmentation du risque baissier, que les investisseurs pourraient chercher à éviter en réduisant leurs positions sur les actifs risqués, accélérant ainsi leur repli.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

La MG EZS , La première voiture électrique à obtenir l’homologation en Tunisie est une MG !

La marque lance son offensive électrique avec l’homologation de sa EZS : premier SUV urbain 100% électrique. Après s’être...

M. Abdesslam Rhnimi devient Directeur général de Total Tunisie et succède à M. Mansur Zhakupov

Total Tunisie annonce la nomination de M. Abdesslam Rhnimi au poste de Directeur général de Total Tunisie à compter du 6 décembre 2019. Il...

Téléphonie : Samsung Galaxy A51 officialisé avec son écran 6,5 pouces et ses 4 capteurs photo

Samsung Electronics Ltd. Samsung annonce aujourd’hui la sortie du Galaxy A51 en Tunisie. Ce modèle intègre quatre modules photo, garantissant de réussir ses photos...

Echanges commerciaux au centre des entretiens entre Rezig et l’ambassadeur palestinien

Les moyens de promotion des échanges commerciaux bilatéraux ont été, jeudi à Alger, au centre des entretiens entre le ministre du Commerce, Kamel Rezig...

Rezig préside une réunion consacrée à l’examen de la problématique du transport de marchandises

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a présidé, jeudi à Alger, une réunion de coordination consacrée à l'examen de la problématique relative à l'exportation...

L’Algérie n’importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022

Le Président directeur général (Pdg) du Groupe Valorisation des produits agricoles (GVAPRO), Mustapha Belhanini, a indiqué mercredi que l'Algérie cessera en 2022 d'importer la...

Economie mondiale : Les conditions d’un léger rebond de la croissance semblent réunies

Au cours des derniers mois, les enquêtes de conjoncture se sont stabilisées dans l’industrie manufacturière tandis qu’une légère progression a été enregistrée dans les...

Tunisie : La BCT annonce le lancement officiel de la Sandbox réglementaire

La Banque centrale de Tunisie tiendra demain à l’hôtel laico une cérémonie pour l'annonce du lancement officiel de la sandbox reglementaire. Cette action constitue...
- Advertisement -

Dans la même catégorie

- Advertisement -