mardi, octobre 15, 2019

Mort de Chirac : entrée gratuite au musée du quai Branly pendant une dizaine de jours

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Au lendemain de l’annonce de la mort de Jacques Chirac, le président du quai Branly Stéphane Martin a annoncé au micro d’Europe 1 que le musée sera accessible gratuitement pendant une dizaine de jours.

C’était son musée, un projet qu’il a porté de bout en bout. Au lendemain de l’annonce de la mort de Jacques Chirac, le président du musée quai Branly Stéphane Martin annonce au micro d’Europe 1 que « le musée est accessible gratuitement pendant une dizaine de jours », en hommage à l’ancien président.

Cette gratuité va durer « le temps que les gens qui veuillent rendre hommage au président puissent le faire », précise-t-il. « Au musée, les images du président sont partout, les drapeaux sont en berne, c’est un moment très émouvant pour les équipes ». Une émotion d’autant plus forte que le musée du quai Branly, renommé depuis quai Branly – Jacques Chirac, est un projet qui tenait particulièrement à cœur à l’ancien président décédé jeudi à 86 ans, puisqu’il l’a lancé presque immédiatement après son élection de 1995.

Un musée « presque diplomatique »
« Il me semble que c’est un mois après son élection [en 1995, ndlr] », se souvient Stéphane Martin. « Il a appelé son ministre de la Culture Philippe Douste-Blazy, et on a commencé à travailler ensemble ». Car Jacques Chirac avait une ambition toute particulière pour ce musée : « Il était persuadé que dans une ville comme Paris, comme la plupart des capitales du monde, les musées renvoient à notre culture, à notre nombril. Mais lui voulait que Paris ait un grand musée pour mettre en valeur la culture des autres, c’est presque diplomatique », analyse-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Football/France : Les spécialistes impressionnés par les pépites algériennes

De l'arme fatale de Monaco Islam Slimani à la pépite de Nice Hichem Boudaoui, les clubs français ont massivement...

Irrigation : une filiale du groupe IMETAL lance des produits innovants

L’Entreprise Nationale de Tubes et Transformation de Produits Plats (ANABIB), filiale du groupe IMETAL vient de lancer des produits modernes et innovants en matière...

Algérie-Nigéria : beaucoup de bonnes intentions mais rien dans les faits

les déclarations d'intention ne suffisamment. En économie, il y' a que l'acte d'investir qui est comptabilisé au final. C'est le constat fait par les...

Le Gouvernement met la main à la poche :  Plus de 17 milliards DA pour le dégel de projets dans le Sud et 42 milliards...

Le gouvernement continue sa politique de navigation à vue. Il est plutôt dans la réaction que dans l’anticipation. Il fallait attendre des tragédies se...

Habitat : Affectation de 120.000 logements LPA au niveau national

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud a affirmé, lundi à Alger, que le quota de logements promotionnels aidés...

Dans la même catégorie

- Advertisement -