Le Royaume-Uni enregistre des soldes positifs dans ses échanges de services avec le reste du monde depuis 1966 et avec l’Union européenne (UE) depuis 2005. Le secteur des services financiers y contribue largement. Aussi loin que remontent les statistiques de l’Office for National Statistics sur le commerce extérieur de services financiers (1986), le secteur a en effet toujours présenté un excédent commercial. Il en va de même vis-à-vis de l’UE depuis 1999, à l’égard de laquelle cet excédent a même quintuplé jusqu’en 2011 (GBP 21,5 mds). La baisse observée entre 2012 et 2014 a été quasiment effacée entre 2015 et 2018 (GBP 20,4 mds).

Le secteur britannique des services financiers dégage ainsi un excédent vis-à-vis de chacune des grandes économies de l’UE, à commencer par la France, le marché de l’UE vis-à-vis duquel le secteur affiche le plus fort excédent commercial depuis 2014 (GBP 4,5 mds en 2018). Le Brexit pourrait toutefois fragiliser cette situation.