mardi, octobre 20, 2020

Suisse: interdiction d’importation des produits agricoles en provenance du Sahara occidental

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Les trois plus grands détaillants suisses, Coop, Migros et Denner ont banni de leurs rayons les produits agricoles originaires du Sahara Occidental, refusant d’être complices de l’occupation marocaine.

Des statistiques commerciales suisses consultées par l’observatoire Western Sahara Ressources Watch, révèlent que la Suisse a mis fin en 2019 à ses importations agricoles controversées en provenance du Sahara Occidental.

Selon WSRW, 2019 a été la première année qui n’affiche aucune importation de produits à partir de ce territoire.

Les détaillants Migros et Denner ont tous deux confirmé à l’ONG suisse « Terre des hommes Schweiz » qu’ils n’ont acheté aucun produit du Sahara occidental en 2019 et qu’ils continueront de bannir ces importations.

Migros et Denner ont suivi l’exemple du distributeur Coop, qui a déjà cessé en 2017 de revendre des produits du territoire occupé.

Le détaillant Migros précise qu’après « des clarifications et des avis juridiques approfondis » en 2017, il a décidé « de s’abstenir d’acheter des produits en provenance de zones occupées conformément au droit international », une description qui s’applique sur le territoire du Sahara Occidental.

De son côté, Denner indique que la décision d’arrêter ces importations a été prise en 2017.

En 2012, WSRW a levé le voile sur la façon dont des produits de l’agro-industrie controversée dans le territoire occupé, se retrouvent dans les paniers de clients européens non avertis.

Dans un rapport, intitulé  étiquette et responsabilité » WSRW a révélé que ces produits proviennent des plantations détenues par le roi du Maroc ou par des conglomérats franco-marocains. Les bénéfices et les emplois générés par ces terres riches ne bénéficient qu’à la puissance occupante.

C’est toute une industrie florissante qui est bâtie sur une fausse déclaration systématique des pays d’origine, ce qui laisse les clients dans l’ignorance, en violation directe d’une directive clé de l’UE qui donne aux consommateurs le droit d’en être informés correctement.

Selon l’observatoire, les melons et les tomates cultivés dans le territoire occupés sont devenus « des instruments politiques », utilisés par le Maroc pour « gagner implicitement la reconnaissance de sa revendication intenable sur le Sahara occidental ».

Cependant la stratégie de Rabat n’a pas fonctionné en Suisse où le Conseil fédéral a déclaré formellement et à maintes reprises, que l’accord de libre-échange liant la Suisse et le Maroc ne s’appliquait pas au territoire du Sahara Occidental occupé.

Il relève que « la clarté » de la Suisse et des autres Etats membres de l’Association européenne de libre-échange (AELE) concernant ce dossier a été évoquée dans la déclaration du 13 septembre 2016 de l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne dans l’affaire des accords Maroc-UE.

 » En décembre 2016, la CJUE a jugé que l’accord commercial UE-Maroc ne pouvait être appliqué au Sahara occidental, le Maroc n’ayant ni souveraineté ni mandat international pour administrer le territoire « , rappelle WSRW.

En 2016, la question a attiré l’attention des médias suisses au moment où le succès de la campagne de « Terre des hommes Schweiz » a incité les supermarchés à changer de position à l’égard de ce commerce.

Durant la même année, les statistiques du commerce extérieur de la Suisse ont introduit la catégorie « Sahara occidental » pour déclarer aux clients l’origine de ces importations provenant des territoires occupés.

L’observatoire estime que dans la pratique il est difficile pour les importateurs suisses de faire une déclaration correcte sur l’origine de ces importations agricoles car le Maroc refuse d’étiqueter correctement les produits provenant du Sahara occidental.

Mais il affirme que les statistiques commerciales montrent que 2019 a été la première année où aucun melon ou tomate du territoire occupé n’a été importé en Suisse.

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Grève de Numilog Bejaia: Communiqué du Comité de participation

En notre qualité de représentants légitimes des sulariés de Numilog, élus par les 1300 employés de l'entreprise, nous, membres...

Championnat football: CRB sacré champion d’Algérie

C'est un titre qui leur tombe du ciel. Le CRB est sacré champion d'Algérie, alors qu'il reste encore 8 matchs à jouer, soit 24...

La Poste (argent liquide): 392 milliards de DA retirés en 1 mois et beaucoup de mécontentement

Le montant des retraits en espèce auprès des guichets postaux et automatiques d'Algérie poste (AP) s'élève à 392 milliards de DA et ce, pour...

Voyages hors UE : L’Algérie retirée de la liste des pays sûrs

Pour l'Union européenne, l'Algérie est classée sur le liste des pays non dangereux pour ses ressortissant compte tenue que la Covid 19 ne représentent...

Finance islamique : La BNA donne le feu vert pour la commercialisation de neuf nouveaux produits

La Banque nationale d’Algérie (BNA) a obtenu jeudi l’autorisation de mettre sur le marché neuf (09) nouveaux produits relevant de la finance islamique, a...

Lobbying: Ali Haddad paie 10 millions dollars pour les services d’un cabinet proche de Trump

Il est derrière les barreaux et continuait à signer des contrats et faire des affaire. Lui c'est Ali Haddad. L’homme d’affaires emprisonné , a engagé...

Mémorandum entre Sonatrach et l’espagnole Cepsa: intensifier l’investissement en Algérie et à l’international

Le Groupe Sonatrach et son partenaire espagnol Cepsa ont procédé, le mercredi 29 juillet 2020, à la signature d’un Mémorandum d’Entente (MoU) « afin d’examiner...

Arrestation: le journaliste Moncef Ait Kaci placé en détention provisoire

Le journaliste et correspondant de la chaîne France 24 Moncef Ait Kaci a été placé en détention provisoire. Il a été déféré devant le...

Dans la même catégorie

- Advertisement -