mardi, octobre 15, 2019

USA: La réserve fédérale poursuit la réduction de ses taux

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

L’indice des directeurs des achats du secteur manufacturier de l’Institute for Supply Management (ISM) a poursuivi sa baisse en septembre, atteignant 47,8%. L’ISM non-manufacturier a enregistré une forte contraction de 3,8 points de pourcentage et se situe maintenant à 52,6%. Hormis en période de récession, il s’agit d’un chiffre assez faible.

Dans ce contexte, les rendements obligataires ont nettement faibli, reflétant les inquiétudes grandissantes quant au risque de récession, les anticipations d’assouplissements monétaires par la Fed, et la fuite vers des valeurs refuges. Les données sur le marché du travail pour septembre ont toutefois apporté un soulagement. Nous prévoyons néanmoins que la Réserve fédérale continuera à réduire ses taux.

Combien de mauvaises nouvelles faut-il pour nous convaincre que l’environnement cyclique a définitivement changé? C’est une question difficile, mais ce qui est clair, c’est qu’en début de semaine, une grande frayeur s’est emparée des marchés. Elle s’est traduite par une nette baisse des rendements obligataires, qui illustre à son tour la fuite vers des valeurs refuges d’investisseurs déçus par les données. Cela résume bien l’expérience de cette semaine.

Tout a commencé avec l’indice des directeurs des achats américains de l’Institute for Supply Management pour le secteur manufacturier qui, pour le mois de septembre, a perdu 1,3 point de pourcentage pour atteindre 47,8%. Cela place fermement l’indice en territoire de récession pour ce qui est du secteur manufacturier. L’indice des nouvelles commandes à l’exportation a diminué de 2,3 points de pourcentage pour atteindre un niveau très bas de 41%, et nous rappelle que le ralentissement de l’activité dans le reste du monde a de plus en plus d’impact aux États-Unis. Jusqu’à récemment, on pouvait dire que le secteur des services résistait plutôt bien mais la baisse de 3,8 points de pourcentage de l’indice ISM nonmanufacturier nous oblige à une réévaluation. L’indice se situe maintenant à 52,6%, ce qui, comme le montre le graphique, est assez faible, à l’exception des périodes de récession.

Conjugué au très faible ISM manufacturier, ceci indique un net ralentissement de la croissance du PIB américain. L’investissement des entreprises est le maillon faible, compte tenu de sa sensibilité à l’incertitude liée à l’évolution de l’économie et, bien entendu, aux préoccupations quant à l’évolution du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

En ce qui concerne les ménages, le marché du travail joue un rôle-clé sur leur confiance et leurs attentes concernant l’évolution des revenus. La consommation des ménages est une variable-clé de la croissance, compte tenu de son poids dans le PIB (70%) mais également de son rôle de contrepoids aux difficultés à l’exportation et aux perspectives mitigées pour les investissements des entreprises. Dans ce contexte, le rapport sur le marché du travail a apporté un soulagement bienvenu avec la création de 136 000 emplois et une baisse du taux de chômage de 3,7% à 3,5%. Néanmoins, nous pensons que l’économie américaine continuera de ralentir au cours des prochains trimestres, obligeant la Fed à réduire davantage ses taux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Articles récents

Football/France : Les spécialistes impressionnés par les pépites algériennes

De l'arme fatale de Monaco Islam Slimani à la pépite de Nice Hichem Boudaoui, les clubs français ont massivement...

Irrigation : une filiale du groupe IMETAL lance des produits innovants

L’Entreprise Nationale de Tubes et Transformation de Produits Plats (ANABIB), filiale du groupe IMETAL vient de lancer des produits modernes et innovants en matière...

Algérie-Nigéria : beaucoup de bonnes intentions mais rien dans les faits

les déclarations d'intention ne suffisamment. En économie, il y' a que l'acte d'investir qui est comptabilisé au final. C'est le constat fait par les...

Le Gouvernement met la main à la poche :  Plus de 17 milliards DA pour le dégel de projets dans le Sud et 42 milliards...

Le gouvernement continue sa politique de navigation à vue. Il est plutôt dans la réaction que dans l’anticipation. Il fallait attendre des tragédies se...

Habitat : Affectation de 120.000 logements LPA au niveau national

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud a affirmé, lundi à Alger, que le quota de logements promotionnels aidés...

Dans la même catégorie

- Advertisement -