A la veille du Conseil d’association de l’Union européenne (UE) avec la Tunisie prévu pour le 17 mai, l’UE a publié mercredi un nouveau rapport sur les développements dans les relations avec la Tunisie qui détaille des aspects majeurs de la coopération de début 2018 à mars 2019.

Le rapport est structuré en ligne avec les priorités stratégiques Tunisie-UE d’ici fin 2020, dans le but de décrire de manière aussi concrète que possible les avancées dans les domaines prioritaires du partenariat. Ces priorités ciblent le développement socio-économique inclusif et durable ; la jeunesse, la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’homme ; le rapprochement entre les peuples, la mobilité et la migration ; ainsi que la sécurité et la lutte contre le terrorisme.

Principaux points de l’ordre du jour:

  • le soutien au développement socio-économique et les relations commerciales, en particulier l’importance des réformes structurelles et socio-économiques en cours
  • la poursuite de la transition démocratique et du processus de décentralisation, y compris la mise en œuvre de la Constitution et de la réforme judiciaire
  • le partenariat Tunisie-UE pour la jeunesse, pour continuer à élargir l’inclusion économique, sociale et politique des jeunes Tunisiens
  • la mobilité et les migrations, y compris la migration légale et la lutte contre les causes profondes de la migration illégale

La Tunisie est engagée depuis 2011 dans une transition démocratique qui reste une source d’espoir au niveau régional et au-delà. Des avancées importantes ont été réalisées en 2018, avec notamment la tenue d’élections municipales en mai que l’UE a pleinement appuyées et qui représentent une étape essentielle du processus de décentralisation.

Cependant, le rapport note aussi que la transition ne pourra s’inscrire dans la durée que si elle est accompagnée par des avancées économiques et sociales de même envergure. Ainsi, en cette année d’importantes échéances électorales, il importe de continuer à progresser dans la mise en œuvre des priorités stratégiques du partenariat Tunisie-UE ainsi que du partenariat pour la jeunesse Tunisie-UE.

Le rapport note également que les fonds de l’UE alloués à la coopération ont continué à renforcer le partenariat privilégié entre les deux parties. L’intense activité des relations pendant l’année écoulée s’est traduite par un engagement sans précédent de l’UE à partir de l’enveloppe de l’instrument de voisinage pour un montant total de 305 millions d’euros (environ 341 millions de dollars) sous forme de dons dans des secteurs clés comme l’appui à l’innovation et les start-ups, la jeunesse, l’efficacité énergétique, la diversification du tourisme et à la rénovation des quartiers populaires. A ce montant s’ajoutent les lignes thématiques et les programmes régionaux.

L’UE reste le premier partenaire commercial de la Tunisie, destination d’environ trois quarts de ses exportations et source de plus de la moitié de ses importations en 2018. L’UE demeure le premier investisseur étranger en Tunisie, représentant plus de 85% de tout l’investissement direct étranger dans le pays, avec plus de 3.000 entreprises européennes employant plus de 300.000 personnes.