dimanche, février 23, 2020

La Tunisie et L’Union européenne (UE) vers un renforcement de leur partenariat privilégié

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

A la veille du Conseil d’association de l’Union européenne (UE) avec la Tunisie prévu pour le 17 mai, l’UE a publié mercredi un nouveau rapport sur les développements dans les relations avec la Tunisie qui détaille des aspects majeurs de la coopération de début 2018 à mars 2019.

Le rapport est structuré en ligne avec les priorités stratégiques Tunisie-UE d’ici fin 2020, dans le but de décrire de manière aussi concrète que possible les avancées dans les domaines prioritaires du partenariat. Ces priorités ciblent le développement socio-économique inclusif et durable ; la jeunesse, la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’homme ; le rapprochement entre les peuples, la mobilité et la migration ; ainsi que la sécurité et la lutte contre le terrorisme.

Principaux points de l’ordre du jour:

  • le soutien au développement socio-économique et les relations commerciales, en particulier l’importance des réformes structurelles et socio-économiques en cours
  • la poursuite de la transition démocratique et du processus de décentralisation, y compris la mise en œuvre de la Constitution et de la réforme judiciaire
  • le partenariat Tunisie-UE pour la jeunesse, pour continuer à élargir l’inclusion économique, sociale et politique des jeunes Tunisiens
  • la mobilité et les migrations, y compris la migration légale et la lutte contre les causes profondes de la migration illégale

La Tunisie est engagée depuis 2011 dans une transition démocratique qui reste une source d’espoir au niveau régional et au-delà. Des avancées importantes ont été réalisées en 2018, avec notamment la tenue d’élections municipales en mai que l’UE a pleinement appuyées et qui représentent une étape essentielle du processus de décentralisation.

Cependant, le rapport note aussi que la transition ne pourra s’inscrire dans la durée que si elle est accompagnée par des avancées économiques et sociales de même envergure. Ainsi, en cette année d’importantes échéances électorales, il importe de continuer à progresser dans la mise en œuvre des priorités stratégiques du partenariat Tunisie-UE ainsi que du partenariat pour la jeunesse Tunisie-UE.

Le rapport note également que les fonds de l’UE alloués à la coopération ont continué à renforcer le partenariat privilégié entre les deux parties. L’intense activité des relations pendant l’année écoulée s’est traduite par un engagement sans précédent de l’UE à partir de l’enveloppe de l’instrument de voisinage pour un montant total de 305 millions d’euros (environ 341 millions de dollars) sous forme de dons dans des secteurs clés comme l’appui à l’innovation et les start-ups, la jeunesse, l’efficacité énergétique, la diversification du tourisme et à la rénovation des quartiers populaires. A ce montant s’ajoutent les lignes thématiques et les programmes régionaux.

L’UE reste le premier partenaire commercial de la Tunisie, destination d’environ trois quarts de ses exportations et source de plus de la moitié de ses importations en 2018. L’UE demeure le premier investisseur étranger en Tunisie, représentant plus de 85% de tout l’investissement direct étranger dans le pays, avec plus de 3.000 entreprises européennes employant plus de 300.000 personnes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Huawei Appgallery: une plateforme révolutionnaire

Après le succès au maroc, huawei, le deuxième leader mondial de téléphonie a annoncé le lancement de sa propre...

Téléphonie : Samsung s’impose dans les mises à jour Android

Samsung Electronics Ltd. Samsung crée la surprise en réussissant une belle prouesse technologique, celle d’une mise à jour de la version Android à une...

Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l’investissement

Une révision de la réglementation sera faite dans le secteur industriel pour encourager l'investissement, la rentabilité et le gain de productivité, a indiqué mardi...

Recettes douanières: hausse de 7% en 2019

Les recettes douanières de l'Algérie se sont établies à 1.097,86 milliards (mds) de dinars en 2019, contre 1.026,28 mds de dinars en 2018, enregistrant...

Industrie automobile: les étrangers ne seront pas obligés de s’associer à un partenaire local

Le nouveau cahier des charges régissant l’industrie automobile en Algérie n'obligera pas les investisseurs étrangers de s'associer à un partenaire local mais leur imposera...

Total Tunisie remporte le prix « Elu Service client de l’année 2020 »

Total Tunisie a été « Élu Service Client de l'Année 2020 » à la première édition du concours éponyme dans la catégorie « services...

Telephonie : Huawei dope le nouveau Y6s

Vous Utilisez vos téléphones, tous les jours pour presque tout faire ? Que ce soit pour la simple utilisation des appels téléphoniques et des...

Coronavirus: l’incertitude pour évaluer les conséquences économiques

Chiffrer les conséquences du coronavirus est un énorme défi. On peut les quantifier sur certains sujets grâce à un niveau satisfaisant de visibilité :...

Dans la même catégorie

- Advertisement -