mardi, janvier 19, 2021

Tunisie – Loi de finances 2020, Les mesures à prendre urgemment pour sortir de la crise

Les Plus lus

Transfert illicite des devises vers l’étranger: Maersk Tunisia soupçonné de fraude

Le feuilleton du leader mondial du transport maritime, Maersk Tunisia, continue de tourner sans trouver sans épilogue, tellement ses intérêts sont menacés sur le sol Tunisien. Cette menace, qui guette la Compagnie, fait bouger les lignes au point où elle fait sortir de son mutisme l’ambassadrice du Danemark, accréditée à Tunis mais résidante en Algérie, Julie Pruzan.

Restriction des importations des kits CKD/SKD: coup de massue au secteur de l’automobile

Moins de dix jours après l’annonce de recourir à l’importation des véhicules de moins de 3 ans, le ministère...

Le 28e Forum économique mondial: L’Afrique en route vers la 4e révolution industrielle

Le 28e Forum économique mondial sur l'Afrique est entré jeudi dans sa deuxième journée, et a appelé à cette...

Le projet de la loi de finances 2020 tel que présenté est dénué de tout esprit réformateur et de vision stratégique. La fiscalité tunisienne cible encore les contribuables et les sociétés légales au lieu d’étendre la base du réseau fiscal à ceux qui se situe en dehors des toutes autorités de l’État. Encore des mesures qui manquent d’équité, de simplicité et de stabilité. Cette fiscalité changeante fait fuir les investisseurs qui ne savent plus à quoi s’en tenir. Mais ces dispositions ne répondent pas aux attentes des contribuables et du peuple : ce n’est pas la réforme attendue. Ce projet ne doit pas être voté comme tel.

Les mesures à prendre urgemment

Redressement de la situation de la Compagnie de phosphate de Gafsa (CPG) et retour à la production: Etat, patronat, syndicats et société civile doivent s’engager pour trouver une issue à cette crise. Cela passe en premier lieu par un dialogue socio-économique responsable autour de la vision stratégique de la compagnie et du plan d’action y afférent, avec des objectifs réalistes et chiffrés et des mécanismes de mise en œuvre adéquats. A noter que la CPG souffre, depuis 2011, de la baisse de production due aux mouvements sociaux et à la vétusté des équipements.

Rétablir les équilibres macroéconomiques en diminuant le déficit commercial et la dépréciation conséquente du dinar : il faut stopper toute forme d’importations anarchiques et de délivrance des franchises et relancer l’export surtout dans les secteurs porteurs tel que l’agriculture et les énergies renouvelables

La lutte contre la spéculation et la contrebande : pour ce qui est de l’économie informelle, surtout dans sa composante criminelle, l’Etat doit engager une stratégie complète de lutte contre la corruption, le financement des transactions illicites et de blanchiment d’argent. La loi sur la déclaration de patrimoine et la lutte contre l’enrichissement illicite et les conflits d’intérêts dans le secteur public doit être appliquée avec plus de fermeté, surtout à l’encontre des contrebandiers et des évadés fiscaux qui circulent au vu et au su de tous, continuent d’exercer leurs activités en toute impunité et accumulent des richesses immobilières et de cash considérables.

La place doit être confiée aux compétences : il faut viser sur les compétences dans chaque secteur et instaurer une bonne gouvernance au sein du nouveau gouvernement pour ne pas encore subir à notre pays des pertes comme celles causées par le gouvernement actuel. Rappelons à titre indicatif, le record enregistré cette saison dans le domaine de la culture céréalière mais devant l’incapacité du gouvernement de protéger et de stocker les récoltes de blé du pays, L’agence nationale des céréales en Tunisie a lancé dernièrement un appel d’offres international pour l’achat de blé tendre pour combler les dommages causées. Ces actes de mauvaise gestion ne doivent plus se répétées et il faut faire attention dans le choix des ministres et la composition du gouvernement.

Le contrôle des circuits de distribution et de production: il est indispensable de renforcer le dispositif de contrôle des prix chez les vendeurs et les revendeurs et donner plus de pouvoir de sanction aux administrations compétentes.

Les parties politiques doivent se mettre d’accord et former le gouvernement rapidement au lieu de se plaire dans les palabres politiques stériles et sans intérêt pour la majorité de la population et surtout pour nos jeunes et nos acteurs économiques. En contre partie, nos problèmes économiques sont en train de s’aggraver du jour au lendemain.

Amine BEN GAMRA
Expert Comptable

Articles récents

Tunisie – Activité minière: des efforts pour booster la production dans le bassin de Gafsa

L’activité minière en Tunisie est connue depuis l’époque romaine. Les différents minerais exploités sont le phosphate, le sel, le...

Tunisie: Les entreprises différemment impactées par la Covid- 19

La Bourse de Tunis a publié, récemment, le bilan de l’activité boursière de 2020. Les chiffres montrent que certaines sociétés sont bien portantes malgré la...

Tunisie: Nabil Karoui arrêté

Le Pôle judiciaire économique et financier a émis un mandat de dépôt contre Nabil Karoui, président du parti Qalb Tounes, a annoncé le porte-parole...

Sahara occidental: Moncef Marzouki soutient le Maroc et s’en prend à l’Algérie

L’ancien président tunisien, Moncef Marzouki, a tenu des propos très hostiles au pouvoir algérien le comparant à un «marchand de rêves qui vend des...

Pêche: mesures incitatives pour l’acquisition de matériel de navigation

Le ministre de la Pêche et des Produits halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi a tenu mardi une réunion en visioconférence avec le ministre de la...

Pétrole : le baril à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l’Opep+

Le prix du panier de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont le pétrole brut algérien, s’est maintenu à prés de 47 dollars...

Rabah Madjer : «On m’a poignardé dans le dos»

Le dernier passage de Rabah Madjer à la tête de la sélection nationale continue à le hanter. Il ne rate pas une occasion pour...

Sahara occidental: Le Maroc vise à amplifier le pillage des ressources sahraouies en violant le cessez-le-feu

Le Maroc a pris le risque de violer l'accord de cessez-le-feu de 1991 signé avec le Front Polisario, pour amplifier son exploitation économique des...

Dans la même catégorie

- Advertisement -